Après être passés lundi à deux pouces du bonheur pour l'embarquement des cabanes de pêche blanche, les amateurs doivent déchanter et encaisser un dur coup 24 heures plus tard.

Pas d'embarquement possible avant lundi prochain

Après être passés lundi à deux pouces du bonheur pour l'embarquement des cabanes de pêche blanche, les amateurs doivent déchanter et encaisser un dur coup 24 heures plus tard.
L'embarquement ne s'effectuera pas avant le lundi 13 janvier sur les sites de L'Anse-à-Benjamin et de Grande-Baie. Seul le secteur de Lac-Kénogami pourrait ouvrir avant, mais rien n'est encore certain.
Les autorités de Saguenay ont procédé à de nouvelles mesures des glaces à Lac-Kénogami, hier. L'épaisseur atteint une moyenne de 11,25 pouces, alors que la norme minimale pour permettre l'embarquement des cabanes est de 12 pouces.
«La glace varie entre 9 et 13 pouces à Lac-Kénogami pour une moyenne de 11,25 pouces. Le prochain relevé est prévu pour vendredi», explique Sonia Simard, du bureau des communications de Saguenay.
Par contre, il n'y a eu aucune nouvelle mesure à Grande-Baie et à L'Anse-à-Benjamin, du côté de La Baie.
«Nous ne sommes pas retournés du côté de L'Anse-à-Benjamin étant donné qu'une motoneige s'est retrouvée à l'eau lundi. Le secteur est considéré comme dangereux et aucun accès n'y est autorisé. Et pour le secteur de Grande-Baie, la marée haute du début de semaine nous empêche de prendre des mesures à proximité de la rive. Mais le bornage des rues au large pourra se faire sur les rues de l'Éperlan et du Caplan», dit-elle.
Les prochaines mesures sur les sites baieriverains se feront de vendredi à dimanche. Les spécialistes d'Hydro-Météo se rendront sur les lieux pour effectuer les relevés.
«Ils possèdent de l'équipement amphibie et pourront circuler sur tout le secteur. Une fois que les relevés seront complétés, les gens d'Hydro-Météo retourneront à Montréal et nous soumettront leurs conclusions le lundi 13 janvier. C'est à partir de là que l'on pourra confirmer l'embarquement ou non des cabanes de pêche blanche», précise Sonia Simard.
Mais de là à assurer que l'embarquement pourra se faire dès lundi, il y a un pas que Saguenay refuse de franchir pour le moment étant donné qu'il est possible que le balisage des rues ne soit pas encore complété.
Sbegin@lequotidien.com