Pas de policier pour un accrochage avec des dommages en bas de 2000$

Dans le but d’être plus efficaces et de répondre rapidement aux appels prioritaires, les policiers de Saguenay ne se déplaceront plus sur les accrochages ayant causé des dommages matériels de moins de 2000 $.

La direction du service de police en a fait officiellement l’annonce, rejoignant ainsi de nombreux autres corps policiers du Québec. La nouvelle façon de faire débute le 28 mai.

Selon les statistiques de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), les répartiteurs reçoivent plus de 3700 appels annuellement (10 par jour) pour des accidents mineurs ou des délits de fuite.

« Régulièrement, nous analysons nos façons de travailler et nos pratiques policières. Nous cherchons toujours à offrir le meilleur service possible pour pouvoir améliorer nos temps d’intervention. Dans le travail d’un policier, les délais sont souvent majeurs et d’une grande importance », note Bruno Cormier, porte-parole aux communications de la SPS.

Les policiers veulent ainsi accroître leur temps de disponibilité afin de se concentrer sur les tâches urgentes pour assurer la sécurité des citoyens.

« Nos patrouilleurs sont toujours de plus en plus occupés durant leur quart de travail. Il faut savoir que les choses ont bien changé au fil des années. Nous avons de plus en plus de cas de maladie mentale, ce qui fait que nos agents doivent intervenir plus souvent sur ces cas. Et souvent, les interventions sont assez longues », explique M. Cormier.

« Le fait d’intervenir sur un accident mineur fait en sorte d’amener nos policiers à consacrer plusieurs dizaines de minutes à rédiger un rapport, qui ne servira pas de toute façon aux personnes impliquées pour la réclamation aux assurances. »

« Lorsque les gens seront impliqués dans un accident mineur, ils pourront continuer à communiquer avec le 911. Les répartiteurs pourront les guider sur la façon de procéder. Les gens pourront remplir un constat à l’amiable sur place afin de procéder à la réclamation aux assurances », ajoute Bruno Cormier.

Mais celui-ci tient à préciser que les citoyens ne seront pas abandonnés ou laissés à eux-mêmes. Si jamais la situation se complique ou crée des difficultés, une patrouille pourra tout de même se rendre sur les lieux.

Même chose si l’accident entrave la circulation ou met la sécurité des gens en danger.

Par contre, la nouvelle façon de faire évitera aux citoyens d’attendre l’arrivée d’une voiture de patrouille durant de longues minutes. Ils pourront plutôt remplir les constats avec l’autre automobiliste impliqué.

« Mais si les dommages sont majeurs ou s’il y a des blessés, nos policiers seront toujours en mesure d’intervenir », de dire le porte-parole.

D’autre part, dans le cas d’un délit de fuite, les agents n’interviendront plus si la victime de l’infraction a déjà quitté les lieux.

Les interventions policières pourront se faire uniquement s’il y a lieu de mener une enquête.