Le président de la commission de l’environnement et du développement durable à Saguenay, Simon-Olivier Côté.

Pas de plomb dans l'eau: Saguenay rassure la population

L’eau potable de Saguenay ne contient pas de plomb et est d’une grande qualité. Il n’y a aucun danger à la consommer et aucun vice de procédures dans les analyses.

Le conseiller municipal de Saguenay Simon-Olivier Côté, président de la commission de l’environnement et du développement durable à Saguenay, a réagi à la publication dans le journal Le Devoir voulant que Saguenay avait remis de mauvaises informations dans son bilan au gouvernement du Québec. Il a voulu se faire rassurant.

On y rapportait que deux dépassements de normes dans des établissements scolaires n’avaient pas été rapportés en 2017, à l’école primaire Sainte-Bernadette d’Arvida et au Cégep de Chicoutimi.

« Il faut être très clair. L’eau qui sort de nos usines de traitement est parfaite. Il n’y a pas de plomb, pas de cuivre, rien. Notre eau est toujours testée et elle est extrêmement bonne. Nous n’avons pas de conduites de plomb dans les installations de la ville. L’endroit où il pourrait y avoir du plomb, c’est lorsque ça rentre dans des édifices munis de vieux conduits. Ça peut faire en sorte que du plomb va s’y dégager. Il y a déjà eu des traces de plomb dans un cégep, mais nous avons fait les correctifs nécessaires », indique M. Côté.

Autre reproche fait à Saguenay, c’est que les neuf adresses fournies au ministère de l’Environnement dans les bilans obligatoires sont toujours les mêmes d’année en année. Parmi ces adresses, il semble que l’on retrouve deux stations-service, deux dépanneurs et l’hôtel de ville de Saguenay.

« Ce qu’il faut savoir dans ce qui a été mis en doute par rapport à nos études et à nos procédés, c’est que nous avons neuf réseaux d’eau et les adresses que l’on trouve dans le rapport, ce sont les adresses de nos réseaux. Ces adresses ne changent pas, car les réseaux ne changent pas de place. »

« Mais à l’intérieur de chacun des réseaux, nous effectuons 10 tests par année, qui sont des tests différents et que l’on peut trouver sur notre site Internet. Toutes les informations sont là. Il n’y a pas eu de vices de procédures. Et lorsque l’on trouve du plomb, nous avisons les institutions et le ministère », ajoute le président de la Commission de l’environnement et du développement durable de Saguenay.

M. Côté note qu’une erreur a été faite en 2017 lorsque du plomb a été trouvé dans une conduite du cégep. La situation n’a pas été inscrite dans le rapport, mais le ministère en a été avisé. Des solutions ont été trouvées.