Des lingettes désinfectantes atterrissent de plus en plus dans les stations de pompage d’Alma.
Des lingettes désinfectantes atterrissent de plus en plus dans les stations de pompage d’Alma.

Pas de lingettes dans la toilette!

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
La pandémie a changé les habitudes de nettoyage des citoyens et ce sont les travaux publics qui en subissent les contrecoups.

La ville d’Alma a maille à partir, ces jours-ci, avec un petit objet qui cause de grands dommages : les lingettes antibactériennes jetables. Alors que leur utilisation a grandement augmenté dans les derniers mois, le problème vient du fait que les citoyens n’en disposent pas correctement après usage et les balancent à la toilette, alors que ce n’est pas recommandé.

« Ça bloque nos pompes et ça fait bloquer nos systèmes d’égouts. Ç’a toujours été un problème, mais on en voit beaucoup plus depuis le mois de mars », explique le coordonnateur en hygiène du milieu et assainissement des eaux d’Alma, Frédéric Tremblay.

Alors que le geste semble tout à fait anodin, les citoyens ne semblent pas conscients des répercussions importantes que peut avoir cette mauvaise habitude sur le système de traitement des eaux usées. Déjà, la municipalité a dû intervenir à plusieurs reprises dans des situations où des lingettes désinfectantes étaient en cause, dont certaines ont nécessité une intervention plus importante.


« On perd beaucoup de temps et d’énergie à réparer les pompes endommagées. Cette semaine, nous avons dû creuser dans une rue neuve, qui avait été construite en 2019 seulement. C’était complètement bouché par des lingettes humides. Nous avons travaillé pendant une journée et demie pour la débloquer, avec des camions spécialisés. »
Frédéric Tremblay

Le coordonnateur précise également que la municipalité pourrait en venir à refiler la facture au propriétaire fautif, si la situation ne s’améliore pas.

« Avec nos systèmes de caméras, nous sommes capables de vérifier de quel endroit le problème provient. On espère ne pas avoir à en venir là, mais si nous n’avons pas le choix, nous allons le faire. Ce sont des coûts attribués à tous les citoyens pour un seul récalcitrant. Par exemple, si l’on parle de l’événement de cette semaine, c’est une facture qui tournerait entre 4000 $ et 5000 $. »

Même chose à Saguenay

Alma n’est pas la seule municipalité à éprouver des difficultés en raison de la surabondance de lingettes dans ses installations. Depuis mars dernier, Saguenay remarque aussi une augmentation du problème. Selon le conseiller aux communications Dominic Arseneau, la ville est toutefois équipée pour y faire face.

« Il y a des actions qui sont prises pour atténuer les impacts. Par exemple, dans les stations de pompage, il y a des équipements adaptés pour faire un peu de broyage, mais ce n’est pas une solution à long terme. On s’assure aussi de garder le contrôle avec de la prévention dans le réseau. Pour une raison inconnue, le secteur de La Baie est davantage touché par la problématique. Des entretiens supplémentaires sont donc effectués dans les conduites d’égout du secteur toutes les trois semaines. »

Il semblerait bien que l’avertissement en petits caractères sur les emballages de lingettes ne soit pas suffisant pour éduquer la population. Les représentants municipaux espèrent donc qu’une plus grande sensibilisation arrivera à régler le problème.