Pas de bâtisse sur l'ancien terrain de la Consol à La Baie

Saguenay délaisse pour le moment le projet de la Corporation d’administration du site de la Consol (CASC) et envisage de réaliser seulement une rampe de mise à l’eau, des aménagements paysagers et du stationnement sur l’ancien terrain industriel. Et si jamais il devait y avoir une décontamination pour la construction de bâtisses, le député caquiste François Tremblay a offert au président de l’arrondissement de La Baie, Éric Simard, de piger dans une enveloppe de 70 M $ incluse dans le dernier budget et qui irait à des terrains situés dans de grandes villes, dont Saguenay.

C’est ce qui ressort de conversations avec Éric Simard, en marge de la séance régulière du conseil d’arrondissement qui s’est tenue mardi à la bibliothèque de La Baie. Ce dernier avait rencontré la veille le député de Dubuc et son conseiller principal, Daniel Marquis. MM. Marquis et Tremblay ont aussi contacté Le Quotidien via Facebook.

« Pour le début, c’est un aménagement paysager, avec une descente de bateau et du stationnement. C’est le départ », a révélé M. Simard, lors d’un entretien téléphonique subséquent.

Rappelons que Saguenay avait fait l’achat du terrain auprès de Produits forestiers Résolu (PFR) pour 1 $ le 24 janvier dernier. Il s’agissait de l’aboutissement d’une longue saga où les transactions avaient avorté deux fois depuis la fermeture définitive de l’ancienne usine à papier en 2005.

Depuis ce temps, un comité citoyen – qui a changé de forme en chemin – avait étudié un projet de mise en valeur du site. Il avait été présenté à la population en octobre 2016. À ce moment, il devait comprendre « un pavillon d’accueil, une rampe de mise à l’eau, un quai avec brise-lames pour les bateaux de pêcheurs, des sentiers pédestres, une piste cyclable, une tour d’observation, sans oublier du stationnement pour les automobiles », ainsi que « trois bâtisses servant aux entreprises privées partenaires du projet ».

En septembre 2017, la porte-parole du ministère de l’Environnement, Sophie Gauthier, confirmait au Quotidien que « les constructions énumérées ci-dessus seraient possibles sur le site », en parlant cependant d’une analyse additionnelle pour un accès à la plage.

Visiblement, la Ville ne conserverait pas tous ces éléments.

« À la CASC, eux autres, ils avaient des bâtisses, mais nous, on n’est pas là. Pour l’instant, il n’y en a pas de bâtisse, c’est surtout un débarcadère pour les bateaux, car il va y avoir la pêche au bar rayé. À Bagotville, il est trop “magané” et il est mal placé en raison des bateaux de croisière, a poursuivi M. Simard. Si tu fais une bâtisse et que tu creuses plus que trois pieds – la Consol ils ont décontaminé trois pieds – [...] la Consol (PFR) ne veut pas se mettre responsable. C’est pour ça qu’on ne bâtit rien pour l’instant. C’est pour ça aussi que ça avait traîné avec Jean Tremblay, lui il voulait que la Consol soit responsable s’il arrive de quoi. »

La semaine prochaine

Une rencontre officielle sur le projet doit avoir lieu la semaine prochaine. « Il y aura les services du génie, l’urbanisme. Et moi, c’est sûr, en tant que président de l’arrondissement je vais participer à cette rencontre-là », a poursuivi le conseiller.

Le budget provincial, présenté la semaine dernière, réservait une somme de 320 M $ pour la décontamination et l’acquisition de terrains, ainsi que la construction d’infrastructures publiques. « Dans certaines municipalités du Québec, des terrains à fort potentiel de développement demeurent sous-exploités en raison des travaux importants à réaliser pour permettre leur valorisation », pouvait-on y lire. De cette somme, 70M $ doivent aller à des projets dans les villes de « Gatineau, Laval, Lévis, Longueuil, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay ».

Ce sont sur ces montants que le député de Dubuc a basé son offre au président de l’arrondissement de La Baie. « François Tremblay, il m’a dit : “On va vous bonifier si vous voulez mettre des bâtisses ou rajouter des choses, on va pouvoir regarder ça ensemble et vous donner les subventions qui seraient disponibles pour votre projet.” », a révélé Éric Simard.

Le député de Dubuc a confirmé la tenue de la rencontre, mais est resté un peu plus discret sur son contenu.

« Oui, nous avons tenu une rencontre hier [lundi] avec le président de l’arrondissement pour discuter du dossier. Un dossier à fort potentiel qui mérite un aboutissement au profit du collectif. Il y a des options de budgets en lien avec des actions ciblées de décontamination, c’est au budget volet économie et innovation. Ceci dit, il y a un projet préliminaire à cette heure. Nous avons sollicité une présentation dudit projet sous l’égide de la Ville de Saguenay. Je crois que nous devons prendre connaissance des ambitions concertées de la Ville sur la question avant d’annoncer quoi que ce soit », a répondu François Tremblay, via un message Facebook mardi soir. Il se trouvait alors à l’Assemblée nationale, justement pour voter les budgets en matière environnementale.