Le conseiller Nicholas Gagnon dit que c’est «partie remise».

«Partie remise » pour blâmer le maire de Saint-Ambroise

Les citoyens de Saint-Ambroise qui s’attendaient à un combat de coqs lors de la séance régulière du conseil municipal de lundi ont été déçus puisque le groupe des quatre, formés des conseillers Nicholas Tremblay, Nathalie Girard, Nathalie Perron et Jérôme Lavoie, n’a pu ni déposer de motion de blâme à l’endroit du maire Deny Tremblay ni réclamer l’accompagnement de la direction régionale du ministère des Affaires municipales.

Alors qu’ils étaient réunis en séance plénière une demi-heure avant le déroulement de la séance, les élus présents se sont fait dire par le maire Tremblay que leur projet de résolution ne pourrait être inscrit à l’ordre du jour puisqu’il n’avait pas été présenté dans un délai de 72 heures avant la tenue de la séance.

Parmi les points importants à l’ordre du jour figurait l’embauche d’un directeur général adjoint ainsi que de journaliers, deux actions que le groupe des quatre s’était engagé à appuyer, lundi après-midi, lors d’une conférence de presse où le style de gestion du maire Tremblay avait été dénoncé.

Le maire Deny Tremblay n’a pas l’intention de démissionner malgré le vent d’opposition qui se lève à la table du conseil.

Lors de la séance en soirée, Deny Tremblay a invoqué l’article 961 du Code municipal pour opposer une fin de non-recevoir au projet d’embauche du directeur général adjoint. L’article 961 édicte qu’un règlement ou une résolution du conseil qui autorise une dépense n’a d’effet que si, conformément au règlement adopté en vertu du deuxième alinéa de l’article 960.1, des crédits sont disponibles pour les fins auxquelles la dépense est projetée. M. Tremblay a mentionné que le poste étant nouveau, aucun crédit n’avait été rendu disponible, ce qui a coupé court à la démarche, malgré une suggestion de confier l’étude au Comité des finances.

Même si le maire Tremblay a qualifié le dossier d’urgent, les problèmes d’infiltration du système d’égout dans le réseau du rang des Chutes devront aussi attendre puisque l’autorisation pour aller en soumission auprès de deux fournisseurs a été reportée.

En entrevue après le conseil, les conseillers Nicholas Gagnon et Jérôme Lavoie n’étaient pas démontés par ce qui venait de se dérouler, affirmant que ce n’était que « partie remise » dans les cas des motions de blâme, de l’embauche d’un directeur adjoint et de l’appel aux affaires municipales. « C’est un dédale administratif qui fait qu’on n’a pas pu voter pour l’embauche d’un directeur général adjoint. On veut l’accompagnement de la Commission municipale. Ce n’est pas vrai qu’on s’engage dans de petites guerres intestines. On veut être positifs dans nos actions », a déclaré M. Gagnon.

Les conseillers Nicholas Tremblay, Jérôme Lavoie, Nathalie Perron et Nathalie Girard, absente sur la photo, ont fait part de leur intention de dénoncer le style de gestion du maire Deny Tremblay.

En début d’après-midi, le groupe des quatre a accusé le maire Tremblay de mener des actions qui divisent le conseil plutôt que de favoriser l’harmonie, d’enfreindre le code d’éthique municipal, de faire du harcèlement, des menaces et des règlements de compte en plus de divulguer des informations fallacieuses sur le site de la municipalité. Selon eux, le maire ne se conduit pas en vrai leader et ne respecte pas les règles de la démocratie.

Lors d’une courte entrevue avant la plénière, Deny Tremblay a déclaré qu’il n’était aucunement question de démissionner de son poste puisqu’il a été élu le 9 juin dernier avec une forte majorité.