Parc de la Rivière-du-Moulin: le don des soeurs Hospitalières pourrait être davantage reconnu

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Le geste des soeurs Hospitalières, qui ont gracieusement offert le parc de la Rivière-du-Moulin à la Ville dans les années 70, pourrait être davantage reconnu. La mairesse de Saguenay se dit favorable à l’ajout d’éléments qui permettraient de mieux souligner la générosité de la congrégation religieuse.

Le Quotidien publiait jeudi une lettre ouverte de Gérard Bouchard, historien, sociologue, également professeur émérite à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Ce dernier soulignait l’importance du site et par le fait même, du don fait par les soeurs il y a des décennies. Il félicitait la municipalité quant à l’utilisation qu’elle en fait, puisque le parc avait été cédé à la condition qu’il soit mis à la disposition des citoyens. Gérard Bouchard déplorait toutefois le manque de visibilité accordé au geste. Il évoquait le devoir de mémoire de la Ville, invitant la mairesse à faire davantage pour que soit reconnu le geste de générosité.

« J’ai pris connaissance de la lettre d’opinion de M. Gérard Bouchard. J’ai demandé au conseiller municipal Marc Bouchard de voir avec les gens de la Corporation du parc de la Rivière-du-Moulin s’il existait déjà quelque chose qui soulignait la contribution des religieuses hospitalières pour le don du terrain qu’elles ont faites dans les années 70. Même s’il existe quelque chose pour souligner la générosité des sœurs, je suis favorable à ce que l’on puisse ajouter un élément supplémentaire à l’intérieur du pavillon d’accueil afin de souligner cet important geste, surtout lorsque l’on voit le succès du parc de la Rivière-du-Moulin encore aujourd’hui », a indiqué Josée Néron, mairesse de Saguenay.

Effectivement, le président de la corporation du parc, Sylvain Villeneuve, a souligné au conseiller Marc Bouchard que des panneaux d’interprétation traitant de la contribution des sœurs Hospitalières ou des sœurs Augustines de la miséricorde de Jésus sont installés à proximité du bâtiment où se fait la location d’équipements. Le président de la corporation s’est toutefois dit très ouvert à accorder plus d’importance à la contribution des soeurs.

« Il est certain que nous allons nous pencher sur ce dossier et voir à intégrer une plaque ou un élément de plus pour démontrer l’implication des sœurs Hospitalières il y a une cinquantaine d’années », confirme le conseiller municipal du secteur, Marc Bouchard.

Le parc de la Rivière-du-Moulin est prisé des citoyens qui y pratiquent différentes activités chaque saison. Plusieurs ignorent toutefois que le site a été donné à Saguenay par les soeurs Hospitalières à condition qu’il demeure un lieu accessible au public.