Les policiers se sont chargé de la circulation vers 15h30 lundi après avoir répondu à de nombreux appels de citoyens lors des pannes électriques.

Pannes: les policiers ont agi du mieux possible

Les policiers de Saguenay ont agi du mieux qu’ils le pouvaient, lundi, lors de la tempête automnale, en veillant à la sécurité des citoyens tout en essayant d’assurer une circulation fluide sur les principales artères de la municipalité.

(Stéphane Bégin) – Au lendemain de cette journée difficile, la direction de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) a tracé un bilan de l’opération.

« Le superviseur et le lieutenant en service ont discuté de la situation et ont pris les décisions qui s’imposaient avec les dirigeants en tenant compte de la situation », explique Dominic Simard, sergent au bureau de la prévention et des communications de la SPS.

« Nos policiers ont été débordés tout au long de la journée. Ils ont dû répondre à 97 appels de toute sorte. Je comprends que les automobilistes aient vécu une certaine impatience, mais nos policiers doivent aussi se rendre sur les alarmes incendie ou d’introduction par effraction dans des résidences, et ce, même si dans 100 pour cent des cas, ce fut des fausses alertes. Il fallait aussi se rendre là où une pancarte a pu tomber afin d’éviter qu’une personne soit blessée », ajoute M. Simard.

« Si, dans toutes ces situations, nous n’y allons pas et qu’il se produit quelque chose, les gens vont blâmer les policiers », poursuit-il.

Ce dernier mentionne que les automobilistes se doivent aussi de respecter certaines règles de la sécurité routière. Par exemple, lorsqu’un feu de circulation est défectueux, à moins d’un avis contraire, chaque automobiliste doit faire son arrêt obligatoire.

« Nous avons su que plusieurs conducteurs ont fait fi de cette règle et sont passés tout droit sur un feu de circulation. Si, au départ, les gens respectent cette règle, ça peut améliorer la circulation. Il y aura toujours de l’attente, mais ça peut se faire correctement », note le sergent Simard.

Heureusement, les policiers n’ont pas eu à déplorer d’accidents. Peut-être quelques accrochages, mais rien de majeur. 

« Nous avons fait notre journée en répondant aux appels des citoyens afin d’assurer leur sécurité. Et en fin de journée, comme les pannes électriques ne semblaient pas se résorber, nous avons envoyé des patrouilleurs pour assurer une circulation plus fluide à l’heure de pointe », précise M. Simard, qui a tenu à féliciter les policiers pour le travail effectué, notamment l’agent posté au coin de la rue Sainte-Anne et du boulevard Université, à Chicoutimi. « Il était dans la cuve et n’en revenait pas du nombre de conducteurs qui ont pris des risques », a conclu M. Simard.


Nos policiers ont été débordés tout au long de la journée.
Dominic Simard

La région est la plus touchée

(Katerine Belley-Murray) – Le Saguenay-Lac-Saint-Jean était la région la plus touchée par les pannes de courant, à 21 h 30 mardi. Il y avait 3274 clients d’Hydro-Québec dans la région qui n’avaient toujours pas d’électricité. Pour certains, le rétablissement prévu par Hydro-Québec n’est que mercredi à 23 h 15, soit quelque 65 heures après la panne initiale. Les forts vents ont causé des chutes de branches, voire d’arbres entiers, sur le réseau électrique. En Montérégie, la deuxième région la plus touchée mardi soir, 2352 clients étaient toujours privés d’électricité. Au total au Québec, ce sont 11 457 clients qui devaient composer avec une panne de courant, mardi à 21 h 30.