Selon Mélanie Joly, le Théâtre Palace Arvida occupe une place de choix dans le coeur des gens depuis un siècle. «Le théâtre retrouverea sa vocation première», dit-elle.

Palace: la part d'Ottawa confirmée

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a confirmé jeudi matin la participation financière d'Ottawa pour un million de dollars dans la rénovation du Théâtre Palace Arvida.
Mélanie Joly a piqué un brin de jasette avec Robert Doré, producteur délégué de Québec Issime, qui a fait les beaux jours du Théâtre Palace Arvida avec ses productions.
« Le Théâtre Palace Arvida occupe une place de choix dans le coeur des gens depuis un siècle. J'ai le plaisir de donner 1 M $ à Diffusion Saguenay pour la remise à neuf du théâtre. Le théâtre retrouvera sa vocation première », a lancé la députée libérale d'Ahuntsic-Cartierville. La conférence de presse se tenait dans un chapiteau érigé dans le stationnement du théâtre fermé en octobre 2014 pour des questions de structure.
Le président de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, était particulièrement heureux de voir le financement se concrétiser. « C'est un soupir de soulagement après tant d'années, tant de sollicitations », a-t-il indiqué, en ajoutant que les premières démarches avaient été faites dès les semaines et les mois suivants la fermeture. 
Les demandes officielles ont été déposées plus tard. Comme c'est souvent le cas, le gouvernement fédéral doit attendre la participation des paliers provincial et municipal avant d'investir, ce qui peut parfois allonger les délais quand des programmes prennent fin, a expliqué M. Mazurette. Après vérification auprès de l'attaché de presse de Mélanie Joly, Pierre-Olivier Herbert, la demande a été déposée à Ottawa le 15 décembre 2015. Celle à Québec a été reçue le 18 février 2016, a révélé pour sa part le ministère de la Culture et des Communications. 
Le projet total est évalué à 4,5 M $, alors que Saguenay et Québec y mettront chacun 1,5M $. « Il nous reste 500 000 $ à trouver. C'est notre défi comme administrateurs », de poursuivre le dirigeant du diffuseur de spectacles, bien content de retrouver sa salle en formule cabaret. Il est estimé qu'à sa réouverture, la salle pourra accueillir 30 000 spectateurs annuellement.
La conférence est venue confirmer les informations dévoilées la veille par un communiqué du cabinet du maire Jean Tremblay, absent jeudi, étant en vacances en Autriche. À la blague, lors de la mêlée de presse avec les médias, Mélanie Joly s'est réjouie d'avoir fait la manchette durant deux jours avec son annonce. « Nous, on veut collaborer avec les municipalités et les provinces partout au pays. J'ai beaucoup de respect pour M. Tremblay, mais le seul commentaire que je me permettrai est que, j'arrive de Québec et j'étais avec le maire Labeaume. M. Labeaume, lui, chaque fois il se présente pour les bonnes nouvelles », a-t-elle lancé en guise de flèche à peine voilée en direction du maire Tremblay.
Gaudreault ravie
La conseillère Sylvie Gaudreault représentait la Ville lors de la conférence. Elle a souligné le travail du maire, des députés Denis Lemieux et Karine Trudel, de Priscilla Nemey de Promotion Saguenay, ainsi que de Claude Tremblay, qui siège avec elle au comité exécutif. Elle a aussi salué les conseillers Marc Pettersen et Carl Dufour, également présents. « Carl, c'est le conseiller de la place. Il surveillait le dossier », a-t-elle dit à propos de celui qui pilote plusieurs dossiers à Arvida. Fait à noter, le travail de la députée néo-démocrate de Jonquière a également été souligné par Mélanie Joly.
Par la suite, Sylvie Gaudreault a aperçu Robert Doré de Québec Issime. « J'espère qu'on va vous revoir dans le Palace », lui a-t-elle lancé publiquement. Rencontré tout juste avant la conférence, Robert Doré était demeuré prudent sur le sujet, lorsqu'interviewé par Le Quotidien. « Pour la population, le Théâtre Palace Arvida, c'est la maison de Québec Issime, mais on n'est pas propriétaires », a-t-il indiqué.
Une table ronde
Après sa conférence de presse, Mélanie Joly a rencontré plusieurs intervenants des musées et festivals régionaux dans le cadre d'une table ronde qui s'est déroulée dans le chapiteau.
«Ce fut très intéressant. Elle voulait surtout prendre le pouls de notre réalité terrain lorsque nous faisons nos demandes jusqu'au traitement, jusqu'à la réception du paiement, etc. Elle le fait partout où elle se déplace au Canada. Elle prenait elle-même ses notes et posait de bonnes questions», a indiqué Janie Maltais, directrice générale de Festivalma. 
Selon elle, près d'une vingtaine de personnes ont participé à la rencontre. Elle a bien apprécié l'écoute de la ministre, d'autant plus qu'elle n'avait pas d'attente particulière avant la table ronde.