Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Page UQAC
Le Quotidien
Page UQAC
Pascale Thériault.
Pascale Thériault.

Et si les garçons aimaient lire!

Article réservé aux abonnés
UQAC / Pascale Thériault, Ph.D., est professeure en apprentissage de la lecture et de l’écriture au Département des sciences de l’éducation

« Les garçons ne lisent pas. Les garçons n’aiment pas lire. Les garçons ne sont pas de bons lecteurs. » Ces affirmations, maintes fois reprises dans l’espace public et ailleurs, renvoient une image négative d’eux-mêmes aux garçons. Or, on sait que la perception de soi comme lecteur constitue un des aspects affectifs qui influencent l’apprentissage et la réussite en lecture. Ainsi, de telles affirmations ne sont pas sans conséquence sur l’attitude des garçons à l’égard de la lecture et leur motivation à lire.

Image de soi en tant que lecteur

Les affirmations énoncées en introduction évoquent le souvenir d’une visite de ma classe à la bibliothèque de l’école alors que j’étais une élève du primaire. Tandis que nous attendions pour entrer dans la bibliothèque, l’enseignante fit l’intervention suivante : « Mes vrais lecteurs sont ceux qui lisent des romans ». Quelle fierté j’ai éprouvée d’apprendre alors que j’étais une vraie lectrice : je tenais précieusement entre mes mains un roman de la collection « La bibliothèque rose », précieux complice de cet honneur.

Je sais aujourd’hui que cette phrase de l’enseignante a contribué à façonner mon image de soi en tant que lectrice. Toutefois, après toutes ces années, je me questionne sur la répercussion plus négative qu’elle a pu avoir chez les autres élèves de ma classe et, plus particulièrement, chez ceux qui ne lisaient pas de romans. Je me questionne sans arrière-pensée à l’égard de mon enseignante de l’époque puisqu’elle était probablement bien intentionnée.

Il y a quelques années, irritée par la répétition des propos négatifs à l’égard du goût des garçons pour la lecture, j’ai organisé une rencontre d’échange avec des jeunes de 5e année du primaire. Curieuse d’entendre leurs points de vue face aux affirmations les concernant, je souhaitais leur donner la parole. Pendant une heure, nous avons discuté de leur rapport à la lecture, de ce qu’ils aiment lire, de leurs façons de procéder pour choisir ce qu’ils lisent, etc. Ce fut une rencontre animée et fort enrichissante. Leurs réponses spontanées aux questions offrent matière à réflexion, notamment à propos de ce qu’est un lecteur.

Ils ont affirmé avoir des goûts qui diffèrent de ceux des filles. Avec enthousiasme, ils ont partagé leur intérêt à lire des romans d’aventures, des livres renfermant des rebondissements, de l’action, etc. Ils ont expliqué le besoin d’identification au héros leur permettant de « vivre » l’histoire comme s’ils en étaient le personnage principal. Ils se sont exprimés sur le plaisir d’être au cœur d’une aventure qui les fait voyager loin de la réalité; une aventure si intrigante qu’ils en oublient même le temps qui file.

Bien que les garçons affirment lire pour se divertir, la lecture répond aussi à leur besoin de s’informer. Ainsi, ils disent lire sur des sujets aussi variés qu’intéressants. En outre, ils expliquent que la lecture d’un roman peut être l’occasion d’acquérir de nouvelles informations. À titre d’exemple, un roman impliquant un pharaon les incitera à chercher sur Internet ou à consulter d’autres ouvrages afin de parfaire leurs connaissances à son sujet.

Finalement, les garçons rencontrés ont orienté la discussion sur la place de la lecture à l’école. Ils apprécient les périodes de lecture suivies d’un moment d’échange offrant l’occasion de partager à propos de ce qu’ils lisent. Ils aiment que les enseignants.es parlent de leurs lectures avec les élèves et qu’on leur fasse des suggestions diversifiées de livres. L’étude de la bande dessinée, tout comme les activités de rédaction collective, figure également parmi les projets significatifs pour eux.

Qu’est-ce qu’un lecteur ?

À partir de certaines affirmations négatives au sujet de la lecture chez les garçons, de l’intervention de mon enseignante du primaire et de la rencontre tenue avec quelques garçons, on peut se poser la question suivante : qu’est-ce qu’un lecteur au fond ? La réponse est tout aussi simple que la question peut en avoir l’air. Un lecteur est une personne qui lit ; une personne qui lit pour son plaisir ou son information, et ce, indépendamment de ce qu’elle lit. Alors, oui, les garçons veulent lire, voire aiment lire. Reste à savoir si on leur en laisse pleinement le choix…

Venez en discuter avec moi le mercredi 17 février à midi. Je partagerai des idées supplémentaires qui contribuent au développement de la lecture.