Le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, estime que sa municipalité possède tous les atouts pour attirer les adeptes de l’écologie.
Le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, estime que sa municipalité possède tous les atouts pour attirer les adeptes de l’écologie.

Ouverture souhaitée du Cap Jaseux à l’année

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
L’arrivée prochaine des bernaches, oies blanches, cygnes trompettes et autres oiseaux nicheurs inspire le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, qui veut mettre de l’avant des projets destinés à rendre permanente l’ouverture du Parc Aventures Cap Jaseux.

En fin de semaine, le maire fulgencien a constaté encore une fois l’engouement des citoyens du Saguenay pour l’observation de la nature dans sa municipalité alors que les premières bernaches ont commencé à faire leur apparition, suivies des observateurs. « Les bernaches ont commencé à arriver. Les oies blanches sont encore à venir. Les deux cygnes trompettes sont arrivés. On croit que cette année, ils vont nicher dans les marais. »

Alors que la période de confinement se poursuit et qu’il faut prévoir que l’affluence touristique sera mince cet été, M. Simard croit que les prochains mois seraient la période propice pour remettre au goût du jour certains équipements récréotouristiques en prévision du retour des beaux jours.

« Actuellement, il y a des travaux qu’on ne peut pas faire, mais nous ici, on a un projet pour remodeler la côte du Parc du Cap Jaseux afin de réduire la pente actuelle de 21 % à 15 %. C’est un projet de 600 000 $ qui nous permettrait d’ouvrir le parc à l’année. »

L’objectif du maire Simard est de redonner une mission pédagogique au parc avec l’organisation de camps des explorateurs comme il en existait au début des années 60. Il rappelle qu’à l’époque, Mgr Gérard Drainville, ancien évêque d’Amos, reconnu comme un pionnier dans le domaine de la recherche sur le fjord du Saguenay, incitait les jeunes à participer à des camps d’expériences naturelles.

« C’est à partir de l’organisation de ces camps qu’on avait découvert avec des sondages du fond marin que le Saguenay avait deux couches, une salée et l’autre d’eau douce. »

Outre le Parc Aventures Cap Jaseux, M. Simard estime que Saint-Fulgence est privilégiée de côtoyer le Parc Marin et le Parc de Saguenay, en plus de disposer sur son territoire du refuge faunique aménagé par Canard illimité, en 2004, sur un terrain donné en 1977 par Paul Murdock.

Un autre projet est dans les cartons dans le but de refaire le trottoir de bois qui montre des signes de fatigue en plus de nécessiter une remise aux normes de 2020 afin qu’il soit plus élevé par rapport au terrain. « On pense qu’avec un refuge faunique où on peut apercevoir 250 espèces d’oiseaux, on est bien positionnés pour recevoir des touristes dans le cadre d’un beau projet écologique. On est très gâtés », conclut-il.