Ottawa et Washington s’entendent sur la levée des tarifs

La Presse Canadienne/ OTTAWA - Justin Trudeau devrait confirmer vendredi après-midi la levée des tarifs sur l’acier et l’aluminium.

Selon des sources de La Presse canadienne, le Canada et les États-Unis ont finalement conclu une entente dans cette querelle provoquée il y a presque un an par la décision de Donald Trump d’imposer un tarif de 25 pour cent sur les importations aux États-Unis d’acier canadien. Les importations d’aluminium canadien subissaient pour leur part un tarif de 10 pour cent.

Le premier ministre Trudeau devrait annoncer la fin du différend dans une conférence de presse à Hamilton, région durement touchée par les tarifs sur l’acier canadien.

Avant de connaître les détails de l’entente, l’opposition à Ottawa se montrait prudente.

«On n’a pas ces détails-là pour l’instant», a fait remarquer le néo-démocrate Guy Caron.

«Je pense qu’il faut reconnaître que l’industrie, que ce soit l’aluminium au Québec, que ce soit l’acier, a beaucoup souffert et on doit s’assurer de protéger ces industries dans l’avenir contre des répercussions et les conséquences de cette décision», a-t-il prévenu.

Son collègue bloquiste Michel Boudrias se montrait «bon prince» avec le gouvernement libéral.

«Négocier avec Washington avec les temps qui courent (...) ce n’est pas facile», a-t-il rappelé.

Les États-Unis avaient voulu lier la conclusion d’une nouvelle version de l’ALÉNA à l’imposition de ces tarifs. Puis, une fois l’entente conclue, c’était au tour du Canada de laisser entendre qu’elle ne serait pas ratifiée tant que Washington imposait ses tarifs.

Les États-Unis avaient imposé les tarifs en vertu d’un article de la législation commerciale américaine qui confère cette autorité au président.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, M. Trudeau et d’autres ont, à répétition, qualifié les tarifs d’illégaux, d’absurdes et d’insultants.