Ottawa annonce de nouvelles mesures pour protéger les baleines noires

Ottawa modifie le calendrier de la saison de la pêche au crabe et réduit de façon permanente, sauf l’hiver, la vitesse des navires dans le golfe du Saint-Laurent, afin de protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce «extrêmement menacée de disparition».

Les biologistes marins croient qu’il ne reste plus que 450 baleines franches sur la planète; l’été dernier, 18 d’entre elles ont été trouvées mortes sur les côtes atlantiques du Canada et des États-Unis. Les nécropsies pratiquées sur 12 des carcasses trouvées en eaux canadiennes ont conclu que la plupart des baleines s’étaient empêtrées dans des filins de pêche ou avaient été happées par un navire, a indiqué le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc.

De plus, les opérations de surveillance aérienne n’ont révélé cette année la présence d’aucun nouveau-né dans le secteur où les baleines mettent bas habituellement, plus au sud, au large des côtes américaines.

Cet état des lieux pousse le gouvernement du Canada à mettre en place «des mesures urgentes» dans le golfe du Saint-Laurent, a annoncé le ministre LeBlanc en conférence de presse, mercredi. «Après un été 2017 tragique et une saison de reproduction inquiétante sans aucune observation de baleineaux cet hiver, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer la survie de l’espèce.»

Après des consultations cet hiver auprès de partenaires, d’experts, d’intervenants et de groupes autochtones, Pêches et Océans ajuste ainsi la saison de la pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe, qui sera ouverte plus tôt «dans la mesure du possible», avec l’aide de brise-glaces et d’aéroglisseurs. Dans cette zone où la plupart des baleines ont été vues l’an dernier, la saison fermera aussi plus tôt - et pas plus tard que le 28 avril.

Par ailleurs, tout l’équipement de pêche du crabe des neiges devra être retiré de l’eau au plus tard le 30 juin 2018, soit deux semaines plus tôt que d’habitude. Des zones de gestion des pêches et des fermetures temporaires et fixes pourront aussi être décrétées là où des baleines noires ont été observées.

Des engins sans cordages

Pour la pêche semi-hauturière dans la zone de pêche du crabe 12, le nombre de casiers est réduit par rapport à 2017, et pour certaines pêches, les pêcheurs devront assurer un meilleur suivi des cordages et des bouées, et signaler la perte d’engins.

Le ministre LeBlanc a par ailleurs promis qu’il annoncerait au cours des prochaines semaines un programme de plusieurs millions de dollars qui permettra aux pêcheurs de crabe des neiges de tester des engins sans cordages, en misant sur une technologie qui permet de remonter les casiers sans le recours aux filins.

Pour ce qui est de la circulation des navires, le ministre des Transports, Marc Garneau, a annoncé que la limite de vitesse de 10 noeuds imposée l’an dernier sera réinstaurée cette année aux navires d’une longueur de 20 mètres et plus lorsqu’ils naviguent dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent, entre le 28 avril et le 15 novembre - les baleines migrent ensuite vers le sud pour l’hiver. Par contre, les navires pourront se déplacer aux vitesses normales dans certaines parties de deux voies de navigation au nord et au sud de l’île d’Anticosti, lorsqu’il n’y aura pas de baleines dans le secteur, précise le gouvernement.

«En collaborant avec l’industrie maritime, nous avons élaboré pour 2018 des mesures rigoureuses qui contribueront à réduire au minimum les répercussions économiques pour les exploitants de navires», a soutenu le ministre Garneau.