Le directeur général de l’OBV du Saguenay, Marco Bondu, admet que le travail de sensibilisation doit continuer même s’il y a une légère amélioration.

Organisme du bassin versant: encore du travail à faire [VIDÉO]

En 2012, 75 % des 1000 terrains habités et riverains du lac Kénogami et des rivières Chicoutimi et aux Sables avaient des bandes riveraines non adéquates. Depuis, 200 propriétaires ont fait des efforts d’aménagement et 65 ont demandé un plan d’accompagnement, ce qui est encore loin de la coupe aux lèvres.

Jeudi, l’Organisme de bassin versant (OBV) du Saguenay a dévoilé l’un de ses deux terrains modèles et ses capsules vidéo pour améliorer la compréhension des bandes riveraines, soit une bande de végétation de 10 à 15 mètres bordant un plan d’eau, un cours d’eau ou un milieu humide. Les terrains sont situés au pied du barrage de Portage-des-Roches (côté sud) et près du barrage Pibrac.

Les terrains sont situés au pied du barrage de Portage-des-Roches (côté sud) et près du barrage Pibrac.

« Chaque municipalité au Québec a un règlement qui dit qu’il est interdit d’affecter la bande riveraine sur 10 mètres, ou 15 mètres si la pente est vraiment abrupte. Ça doit rester intact et naturel, mais les citoyens ont droit à une ouverture de cinq mètres pour se rendre au plan d’eau. Les projets modèles qu’on a faits, c’est exactement ça. On a une profondeur de 15 mètres de plantation et on a une ouverture de cinq mètres en plein milieu », explique Marco Bondu, directeur général de l’OBV du Saguenay, rappelant que le lac Kénogami est la source d’eau potable de 120 000 personnes.

La politique de Protection des rives, du littoral et des plaines inondables a été adoptée le 22 décembre 1987 et est intégrée au schéma d’aménagement et au règlement de zonage. Le maintien du couvert végétal naturel de la rive sous-entend que l’entretien et la tonte de gazon sont interdits.

Capture d’écran, Laps

« On avance ; on ne recule pas. On vient de refaire une caractérisation fine, terrain par terrain. On voit qu’en général, il y a une petite amélioration. Il y a nettement des terrains qui s’améliorent. On espère aussi que l’effet des voisins va finir par arriver. Quand plusieurs citoyens le font, les voisins disent finalement que c’est beau et que c’est bon pour le lac », espère M. Bondu.

Le projet a été lancé en 2017, en collaboration avec la Fondation Hydro-Québec, la Ville de Saguenay, la municipalité de Larouche et Eurêko ! . Plusieurs volets ont composé le projet, dont la caractérisation des bandes riveraines, la sensibilisation des citoyens par des séances d’information, l’autonomisation des citoyens avec des guides d’accompagnement, la mise en place de deux terrains modèles – avec l’installation de 20 panneaux d’information – et la diffusion de capsules.

Capture d’écran, Laps

« Il y a des gens qui pensent qu’avoir une bande riveraine va nuire à la libre jouissance de leur terrain. Par contre, quand on les rencontre un à un, ils sont sensibles à la protection de leur cours d’eau parce qu’ils comprennent que s’ils ne font pas une bonne bande riveraine, le ruissellement va amener beaucoup de nutriments, de polluants dans le cours d’eau, et il va y avoir prolifération d’algues, de plantes aquatiques. La baignade n’est plus intéressante, même la navigation devient compliquée avec les plantes. Quand on leur explique ça, et qu’une fenêtre de cinq mètres est amplement suffisante pour avoir accès et voir son lac ou sa rivière. Les gens embarquent. Il faut toujours remettre le travail sur la sensibilisation, parce que ce n’est pas tout le monde qui est ouvert à la démarche », admet M. Bondu.

Capsules

La présentation officielle d’un des deux terrains a été accompagnée du lancement de capsules ludiques et informatives. L’OBV du Saguenay a fait appel à Anaë Bilodeau et Louis-Pierre Cossette, de LAPS, qui ont gagné la bourse à la création régionale de la 23e édition de REGARD.

Les petits films d’animation permettent d’en apprendre davantage sur les bandes riveraines et traitent de la filtration, de la régulation du cycle de l’eau, des habitats fauniques et de la diminution de l’érosion, notamment, en plus de déboulonner deux mythes.

Capture d’écran, Laps
Capture d’écran, Laps
Capture d’écran, Laps
Capture d’écran, Laps