Vendredi matin, les journalistes ont assisté à une partie de l’opération de sécurité routière. Plusieurs automobilistes ont été interceptés à l’extrémité sud du pont Carcajou d’Alma.

Opération vacances de la construction

La Sûreté du Québec (SQ) a profité des premières heures des traditionnelles et très populaires vacances de la construction pour lancer une opération de sécurité routière. En vigueur jusqu’au 5 août, l’opération qui se déroule sous le thème « La Sûreté du Québec s’unit pour sauver des vies » apportera une surveillance accrue des policiers de la SQ, et ce, à l’échelle provinciale.

Les grands axes, qui trop souvent, sont le théâtre d’accidents mortels, seront au cœur des opérations prévues au courant des deux prochaines semaines. Les activités récréotouristiques ne seront pas négligées alors que les plans d’eau et les sentiers de quad font partie de cette opération.

La vitesse qui est toujours la première cause de décès, le respect de la signalisation ainsi que les distractions au volant tel que le cellulaire seront les principales préoccupations. Le sergent Hugues Beaulieu rappelle que les patrouilleurs de la Sûreté du Québec ne seront pas en mode avertissement alors que les routes du Québec sont occupées par les touristes et automobilistes en congé.

L’objectif de cette opération est clair. « On veut que les gens aient l’impression qu’ils peuvent être interceptés en tout temps et partout », explique le responsable des communications à la Sûreté du Québec.

Comme l’affirme la directrice du district nord de la Sûreté du Québec, Ginette Séguin, l’union des patrouilleurs permettra de faire une différence pour tous ceux qui seront en vacances et appelés à faire de nombreux déplacements. « Notre travail est de protéger des vies. Lorsqu’on sauve des vies, on a un impact sur ses personnes et leurs familles », ajoute la directrice du district nord.

L’été 2017 a passé à l’histoire pour les mauvaises raisons. Dix-neuf personnes ont perdu la vie lors de la période des vacances de la construction de l’été dernier. Il s’agit du pire bilan des cinq dernières années au dire de la Sûreté du Québec.