Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un large périmètre de sécurité avait été délimité autour de l’appartement de la rue des Jonquilles, vendredi.
Un large périmètre de sécurité avait été délimité autour de l’appartement de la rue des Jonquilles, vendredi.

Opération policière à Jonquière: une évaluation psychiatrique demandée pour l’accusé

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Yannick Richard, l’homme qui a tenu les policiers en haleine durant près de huit heures, jeudi, sur la rue des Jonquilles, à Jonquière, a comparu vendredi au Palais de justice de Chicoutimi. Une évaluation psychiatrique de 30 jours sera effectuée pour déterminer sa responsabilité criminelle.

Il fait notamment face à des accusations pour possession d’une arbalète (en contravention à une ordonnance d’interdiction), possession d’arme dans un dessein dangereux, introduction par effraction, méfait (vandalisme), bris de probation, bris d’engagement et harcèlement.

Plusieurs éléments semblent pointer vers de « graves » problèmes de santé mentale chez l’homme dans la fin vingtaine, qui tiendrait des propos en lien avec le satanisme.

Selon la Couronne, son dossier révèle également qu’il était auparavant suivi par des médecins, et recevait des injections pour des psychoses, traitements qu’il ne suivrait plus aujourd’hui.

Il restera détenu jusqu’à son retour en cours, le 15 janvier prochain.

Rappelons que plusieurs policiers, ainsi que le groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec, avaient été dépêchés vers un appartement de la rue des Jonquilles, jeudi, où l’homme se serait introduit, armé.

Il s’était rendu lui-même aux autorités vers 22h.