«On va faire mentir le sondage», assure Éric Dubois

« En cinq jours, il faut transformer le vote mou en voix forte. »

Voilà comment le candidat du Nouveau Parti démocratique, Éric Dubois, envisage le reste de sa campagne. 

Celui qui récolte 8,3 % des intentions de vote selon le sondage mené par Segma Recherche pour le compte de Radio-Canada et Le Quotidien ne baisse pas les bras, loin de là. 

« Nous, on mène la campagne que je voulais mener depuis toujours. On convainc une personne à la fois. On a cinq jours pour convaincre les gens et je vous le jure, ce sondage-là, on va le faire mentir », affirme-t-il au cours d’un entretien téléphonique. 

Malgré les résultats qui le placent quatrième, le candidat est convaincu que tout est toujours possible. « C’est un sondage qui donne un coup de sonde d’un moment donné. Il est surtout question d’un vote mou. Ça veut dire que les gens se posent beaucoup de questions et c’est ce que je sens sur le terrain. Les cinq prochains jours vont être cruciaux. »

Pour convaincre la population de Chicoutimi-Le Fjord de voter pour lui, le candidat compte notamment sur la présence du chef du parti, Jagmeet Singh, jeudi. 

« Jagmeet revient demain pour la journée. En dessous du turban, il y a des idées, et ce sont de très bonnes idées. »

Le candidat néodémocrate estime qu’il incarne la voix forte dont la population a besoin. 

« Il y a deux ans, les gens voulaient se débarrasser de Harper. Si les gens sont nostalgiques de l’ère Harper, celui qui a instauré la politique de la retraite à 67 ans, s’ils sont d’accord avec les lois fiscales qui favorisent les riches, ils voteront pour Richard Martel. Si les gens veulent les “selfies” de Justin Trudeau, parce que c’est tout ce que Lina Boivin a à offrir, qu’ils votent Lina Boivin. Mais s’ils veulent quelqu’un qui est prêt à travailler pour notre région, une voix forte, qui va parler au nom des familles, des travailleurs et des retraités, ils voteront pour moi. »

Autres réactions

Le conservateur Richard Martel, qui mène dans les intentions de vote avec 48,5 %, a refusé de commenter le sondage. « On ne commentera pas. On se promène aujourd’hui sur le terrain. On ne lâche pas la stratégie d’aller à la rencontre des gens », s’est contenté d’affirmer Catherine Major, responsable des communications. 

La candidate libérale, Lina Boivin, qui récolte 26,7 % des intentions de vote, n’a pas rendu l’appel du Quotidien. 

Il n’a toujours pas été possible de joindre Catherine Bouchard-Tremblay, candidate du Bloc québécois qui récolte 11,7 % des intentions de vote.