À son plus lourd, la balance de Dany Lessard affichait 350 livres.

Obésité: « Il faut régler cette épidémie de société »

Le Jonquiérois Dany Lessard devient patient-partenaire pour l’organisme Obésité Canada. Le jeune homme, qui a subi une chirurgie bariatrique puis une intervention visant à réduire les surplus de peau accumulée, désire que l’obésité soit reconnue comme une maladie chronique et, ainsi, que les services en santé soient plus facilement accessibles pour ceux et celles qui en souffrent.

Au printemps dernier, Dany Lessard avait accordé une entrevue au Quotidien, alors qu’il se préparait à subir une chirurgie pour enlever les surplus de peau accumulés après sa grande perte de poids. Après être passé sous le bistouri une première fois, le jeune homme avait perdu 185 livres en dix mois. Il s’était tourné vers la chirurgie bariatrique après avoir connu de graves problèmes de poids depuis son jeune âge. À son plus lourd, la balance affichait 350 livres.

Depuis sa chirurgie, il s’implique pour que l’obésité soit démystifiée et tente de sensibiliser le plus de gens possible.

Jeudi, Dany Lessard a notamment pu rencontrer le ministre délégué de la Santé, Lionel Carmant (au centre).

Il a d’ailleurs été approché par l’organisme Obésité Canada, le mois dernier. «Cet organisme, qui est très actif dans le Canada anglais, veut être plus présent chez les francophones et j’ai été approché pour devenir patient-partenaire de la filiale québécoise, ce qui consiste un peu en un rôle de porte-parole. Je suis vraiment content, car je cherchais aussi un moyen de mener mon combat contre l’obésité, afin qu’elle soit reconnue comme une maladie chronique et qu’il y ait plus de services pour les gens qui en souffrent. Vous savez, dans le milieu de la santé, l’obésité est vue comme un problème de la même gravité que la calvitie!», a expliqué Dany Lessard, lors d’une entrevue accordée au Progrès, au lendemain de son passage à l’Assemblée nationale du Québec, où il a été reçu avec des membres d’Obésité Canada.

Jeudi, il a donc pu rencontrer de nombreux députés, de même que le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux du Québec, Lionel Carmant.

«Les échanges ont vraiment été instructifs et les députés étaient très réceptifs à mon message», a souligné Dany Lessard.

«Obésité Canada désire avoir des gens qui ont une histoire à raconter, afin de sensibiliser les gens. Des chercheurs et des médecins, c’est très bien, mais avec des témoignages plus humains, la population peut se sentir davantage interpellée et c’est ce que je désire, que les gens en sachent plus sur cette maladie. Comme moi, même si j’ai perdu énormément de poids, je vais être un obèse à vie. Je vais toujours devoir faire attention et me surveiller. Comme présentement, j’ai un peu tendance à engraisser et je dois trouver des moyens pour travailler là-dessus. C’est un combat qui ne se règle pas facilement», a indiqué Dany Lessard, ajoutant qu’il devra subir une autre intervention prochainement, puisque ses surplus de peau n’ont pas tous été éliminés.

«Ça va bien, ç’a été un très long et difficile processus, mais je suis bien maintenant et je veux continuer à travailler pour régler cette épidémie de société qu’est l’obésité», a souligné M. Lessard.