Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, la différence entre Agropur et Nutrinor serait d’environ 700$ pour un contrat totalisant 57 000$.

Nutrinor écartée pour 700 $ par la CS du Pays-des-Bleuets

Des étudiants de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets consommeront du lait provenant de l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Agropur Coopérative a remporté l’appel d’offres pour le programme lait-école devant la coopérative régionale Nutrinor, en présentant une soumission de quelques centaines de dollars de moins.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, la différence serait d’environ 700 $ pour un contrat totalisant 57 000 $.

« L’appel d’offres pour le programme lait-école a été octroyé au plus bas soumissionnaire conforme, soit Agropur Coopérative. Quinze commissions scolaires en font partie, dont la CS du Pays-des-Bleuets », a répondu la directrice des communications et des affaires publiques à la Fédération des commissions scolaires du Québec, Caroline Lemieux.

Selon les données du système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec, Agropur Coopérative a soumissionné à un taux de 0,30 $ à l’avis Lait-École publié en octobre dernier. De son côté, la coopérative Nutrinor l’a fait à un taux de 0,3037 $.

Un extrait du procès-verbal de la séance ordinaire du conseil des commissaires de la CS du Pays-des-Bleuets du 16 octobre dernier confirme qu’elle a mandaté la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) « afin qu’elle procède, en son nom, à l’appel d’offres regroupé pour l’achat du lait-école pour une période de trois ans ». Par ailleurs, deux options de prolongation de 12 mois chacune s’ajoutent à la discrétion de la FCSQ.

Contacté à ce sujet, le directeur marketing et communication chez Nutrinor, Louis Giguère, a simplement confirmé que la coopérative n’a pas obtenu le contrat par une mince marge de quelques centaines de dollars.

Nutrinor à la CS du Lac-Saint-Jean

Chaque année, la Fédération des commissions scolaires du Québec propose un appel d’offres regroupé qui ne garantit pas la fourniture de produits régionaux.

Ainsi, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean a refusé d’en faire partie. Le choix du fournisseur pour le lait-école a été fait dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil des commissaires, en septembre dernier. Cette décision est prise sur une base annuelle.

« Considérant que pour encourager l’achat local, la Commission scolaire entend décliner la proposition de la Fédération des commissions scolaires ; considérant que Nutrinor est le seul fournisseur local ; considérant que Nutrinor offre le lait-école au prix de la Régie du marché agricole et alimentaire du Québec » peut-on lire dans le procès-verbal daté du 18 septembre 2018.

« L’article 18 de la Politique et lignes internes de conduite concernant l’octroi et la gestion des contrats d’approvisionnement, de service et de travaux de construction de la Commission scolaire permet au conseil des commissaires d’autoriser cet achat de gré à gré. »

La Commission scolaire du Lac-Saint-Jean a octroyé le contrat de fourniture de lait-école pour l’année 2018-2019 à Nutrinor. L’entente de 57 000 $ permet de desservir du lait dans 18 écoles primaires et deux écoles secondaires via les classes spécialisées.

La Commission scolaire De La Jonquière ne fait pas partie de cet appel d’offres regroupé puisqu’elle n’offre pas de lait sur une base régulière aux élèves. Il en va de même pour la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay qui n’offre plus de berlingots de lait sur une base quotidienne depuis quelques années. Toutefois, une attention particulière est portée au lait qui est transmis aux jeunes à travers les services de garde et la cafétéria. Les concessionnaires et traiteurs qui opèrent ces services doivent se soumettre à des clauses particulières quant à la provenance des aliments utilisés.

« La clause dans l’appel d’offres demande que pour tout produit utilisé dans la confection de repas, dont le lait, ils doivent s’approvisionner dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean tant que faire se peut », explique la conseillère en communication à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS), Claudie Fortin.