David Gagnon, Franck Simard, Alain Savard, Sylvain Gaudreault, André Bonnel, Billy Renaud, Yvan Tremblay et Pierre Gagnon (à l’arrière), de la Boulangerie du Royaume, et les acquéreurs, Jean Lavoie, président de Nutrinor coopérative, Yves Girard, chef de la direction, et Gilles Couture, comptable, officialisent la transaction.

Nutrinor ajoute le pain

La coopérative Nutrinor maintient le cap dans son plan stratégique. Elle acquiert la Boulangerie du Royaume et souhaite ainsi se lancer dans un secteur agroalimentaire névralgique dominé en ce moment par des multinationales qui se partagent les tablettes des supermarchés.

Le chef de la direction de Nutrinor, Yves Girard, affirme que cette transaction s’inscrit pleinement dans la volonté de la coopérative de concentrer ses activités dans la mise en marché de produits transformés à partir de ce que les agriculteurs de la région récoltent et transforment.

« En 2008, on se rappelle que Nutrinor était dans un certain nombre de secteurs comme la réparation de camions. On a fait le ménage de nos affaires en faisant le choix de ce que nous voulions faire et où nous voulions nous retrouver à l’avenir. Nous avons choisi de concentrer nos efforts sur ce que les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean produisent et il y en a de plus en plus qui optent pour la culture de céréales ici », explique Yves Girard.

La coopérative Nutrinor a décidé de s’allier un actionnaire minoritaire pour réaliser cette transaction. Il s’agit du comptable à la retraite Gilles Couture. Ce dernier est en ce moment associé aux Saguenéens de Chicoutimi où il œuvre à titre de responsable des finances et il possède une vaste expérience dans le secteur du conseil aux entreprises.

La Boulangerie du Royaume a été fondée il y a 20 ans par huit employés de l’entreprise Multi-Marques qui avait mis un terme aux opérations de sa boulangerie de Rivière-du-Moulin. L’entreprise est parvenue petit à petit à s’imposer auprès des consommateurs et restaurateurs. La seule donnée financière publiée par Nutrinor est celle concernant le chiffre d’affaires de la Boulangerie du Royaume qui est passé de 1,7 M$ en 2008 à 3,4 M$ aujourd’hui.

Depuis 2009, il s’agit d’une quatrième acquisition pour la coopérative régionale. L’aventure a débuté en 2009 avec l’achat de la Boucherie Charcuterie Perron de Saint-Prime, suivie de la Charcuterie Fortin de Saint-Coeur-de-Marie (2013), et des fromageries Perron de Saint-Prime et Champêtre de Repentigny en 2015 et 2017.

La transaction permettra de maintenir les 40 emplois de la boulangerie.

Pas de changement

Il n’y a aucun changement majeur à l’ordre du jour pour la Boulangerie du Royaume. Selon Yves Girard, l’entreprise fonctionne bien et a déjà un marché enviable dans la région. Nutrinor n’entend pas se lancer dans des projets d’expansion pour le moment.

« On a fait nos devoirs avant de faire cette acquisition et les gens de la région sont très fidèles aux producteurs régionaux. C’est encore une plus grande réalité depuis la dernière brèche dans le lait dans le traité avec les Américains », reprend Yves Girard.

Deux étapes

La coopérative Nutrinor envisage les acquisitions en deux étapes. La première étape consiste à acheter un marché comme elle le fait avec la Boulangerie du Royaume. La seconde étape lui permettra de travailler à structurer la chaîne de production, à partir du champ jusqu’à la table.

« Ce n’est pas demain matin que nous allons transformer le blé produit dans la région. Il faut dans un premier temps organiser la production de blé destiné à l’alimentation humaine. Il doit aussi y avoir une entreprise dans la région intéressée à transformer le blé en farine et nous allons ensuite être en mesure d’utiliser cette farine pour la production du pain », explique le chef de la direction de Nutrinor.

« Le temps de passer le flambeau »

Les propriétaires de la boulangerie n’ont pas voulu dévoiler le montant de la transaction. Ils sont toutefois satisfaits de passer la main à des nouveaux propriétaires. Cette transaction permettra de maintenir les 40 emplois de la boulangerie.

« Depuis la fondation de la boulangerie, nous avons offert un travail soutenu pour faire un succès commercial de ce projet qui nous tenait tant à cœur, alors que Multi-Marques mettait la clé sous la porte. L’entreprise est profitable et occupe une place de choix chez les gens de la région. Il est temps maintenant de passer le flambeau avec la fierté du travail accompli. Nous sommes plus que comblés que Nutrinor se porte acquéreur de l’entreprise avec Gilles Couture, afin d’en assurer la pérennité et insuffler un nouveau dynamisme », a déclaré André Bonnel, directeur général et actionnaire de la Boulangerie du Royaume.

« Rappelons que ce projet s’inscrit dans l’une des orientations de notre plan stratégique 2017-2020 qui consiste à augmenter la transformation dans la région des produits agricoles de nos membres », a conclu le président du conseil de Nutrinor, Jean Lavoie.

La coopérative Nutrinor compte pas moins de 600 employés avec un chiffre d’affaires de 409,2 M$ répartis dans les secteurs de l’énergie, de la quincaillerie, de l’agroalimentaire et de l’agriculture.