Sur la photo, on peut apercevoir le vice-président associé de Desjardins Capital de risque inc., Christian Roy, le directeur général et le président de Nutrinor coopérative, Yves Girard et Jean Lavoie, les membres de la famille Livernoche fondatrice de la Fromagerie Champêtre en 1996, David Livernoche, Luc Livernoche, Denise Lefebvre et Patricia Livernoche, et le premier directeur agroalimentaire chez Nutrinor, Paul Pomerleau.

Nutrinor acquiert la Fromagerie Champêtre

Nutrinor coopérative élargit sa présence sur le marché des fromages fins au Québec en acquérant à 75 % la Fromagerie Champêtre de Repentigny, qui représente un chiffre d'affaires annuel de quelque 20 millions de dollars.
La transaction privée a été officialisée jeudi matin entre la coopérative du Saguenay-Lac-Saint-Jean, l'entreprise de Lanaudière et le Capital croissance PME de Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui est actionnaire à 25 % de la fromagerie. Puisqu'elle concerne une entreprise familiale, le montant n'a pas été dévoilé.
Contacté jeudi après-midi, le directeur général de Nutrinor, Yves Girard, ne cachait pas sa fierté. « Nous sommes très contents parce que ça s'inscrit dans notre plan de développement triennal. Pour croître, c'est essentiel de sortir de la région puisque la population ici stagne. La Fromagerie Champêtre est une entreprise rentable et en croissance. Nous allons travailler en synergie avec elle. »
La famille Livernoche, qui était propriétaire de la Fromagerie Champêtre, continuera de collaborer. L'entreprise est complémentaire à la Fromagerie Perron au Lac-Saint-Jean, qui a été achetée par Nutrinor en 2015 avec l'aide de Capital croissance PME également. La coopérative compte racheter toutes les parts d'ici cinq à sept ans.
« L'acquisition de la Fromagerie Champêtre permet de préserver la propriété québécoise d'un fleuron de Lanaudière », souligne le chef de l'exploitation de Desjardins Entreprises Luc Ménard. La fromagerie de quelque 45 employés est réputée pour son cheddar en grains et certains de ses produits fins ont été récompensés au concours québécois de la Sélection Caseus, sans oublier les quelques autres disponibles dans les grandes chaînes de supermarchés. On devrait les retrouver de plus en plus sur les tablettes régionales au cours des prochaines semaines.
« On ne fait pas une acquisition pour fermer l'usine et transférer la production dans la région. Ce n'est pas une situation de redressement non plus. Nous voulons aller plus loin et viser le marché ontarien, et même l'Ouest canadien », poursuit M. Girard.
Nutrinor, qui compte 965 membres et plus de 650 employés, oeuvre dans les domaines de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de l'énergie et des quincailleries. Certains produits sont déjà en vente partout dans la province, comme le lait biologique nordique et des fromages Perron. Avec le nouveau volume de 11 millions de litres de lait de Champêtre, la coopérative transformera plus de 52 millions de litres annuellement. Son chiffre d'affaires était de 342 M $ en 2015-2016. Le président de Nutrinor, Jean Lavoie, assure que la transaction sera profitable aux producteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
« C'est sûr que pour se démarquer à l'avenir, les alliances vont devenir de plus en plus incontournables. On va pouvoir aider avec notre capacité d'investissement. La transaction fait partie de notre plan face aux importations européennes pour les compétitionner. Il s'agit d'une offensive, et non d'une stratégie défensive », affirme Yves Girard.
L'acquisition n'est pas sans rappeler celle de la Fromagerie Lemaire de la région de Drummondville par la Fromagerie Boivin de La Baie le mois dernier.