La mairesse Josée Néron se montre ouverte à l’idée de construire un nouvel amphithéâtre tout en désirant vouloir traiter le dossier de façon globale.

Nouvel aréna: 8 contre 7... pour une étude

Les dossiers de la revitalisation du centre-ville de Chicoutimi et de la construction d’un nouvel amphithéâtre en remplacement du centre Georges-Vézina feront l’objet d’une solution globale, malgré un certain fond de dissidence exprimée par certains élus de l’arrondissement de Jonquière.

C’est ce qui se dégage de l’assemblée plénière tenue mercredi après-midi par les élus de Saguenay portant sur le dossier du Centre Georges-Vézina au cours de laquelle il a été décidé à 8 contre 7 de confier à l’arrondissement de Chicoutimi le mandat de réaliser une étude de destination de terrain de la zone ferroviaire qui pourrait conduire à la construction d’un nouvel amphithéâtre, a expliqué la mairesse Josée Néron.

Cette dernière a expliqué que la plénière de mercredi visait avant tout à permettre aux élus d’exprimer leurs réticences, inquiétudes, opposition ou accord dans ce dossier. « Nous allons réaliser une étude d’ensemble pour voir comment on peut développer la zone ferroviaire à partir des études qui ont déjà été réalisées. On va reprendre tout ça où ça a été laissé »,a exprimé Mme Néron.

Cette dernière a indiqué qu’à cette étape-ci, il est encore beaucoup trop tôt pour envisager des solutions puisque des données doivent être colligées. « Si je fais réaliser une étude de sol pour une construction, il faut d’abord que je sache ce que je construis sur le terrain, un amphithéâtre ou autre chose. C’est plus qu’un projet d’amphithéâtre, c’est un dossier global de repositionnement de secteur », a déclaré Mme Néron. 

Elle se montre tout de même ouverte à la construction d’un amphithéâtre puisque les investissements réalisés l’hiver dernier pour consolider la toiture du Centre Georges-Vézina ont permis de régler la question de la vétusté structurelle de l’immeuble. Il n’en demeure pas moins que le Centre Georges-Vézina demeure vétuste au plan fonctionnel avec ses vestiaires des années 50. Elle croit que le travail de débroussaillage permettra d’aller de l’avant plus tard avec une consultation citoyenne.

Pour le conseiller Marc Bouchard, le dossier de la revitalisation du centre-ville est primordial d’autant plus que la problématique reliée au fait que deux autogares à étages totalisant 550 espaces de stationnement seront à remplacer à court ou moyen terme.

Le président de la Commission sports et plein air, Michel Thiffault, a qualifié de caprice la revendication des Sags de jouer sur une glace standard.

Opposition

La tenue de la plénière a permis de constater une opposition ferme d’élus jonquiérois concernant la question spécifique de construction d’un nouveau Centre Georges-Vézina. Michel Thiffault, président de la Commission sports et plein air, ainsi que Jean-Marc Crevier et Julie Dufour, présidente de l’arrondissement, se sont exprimés publiquement contre le projet. « Je suis d’accord pour l’étude de revitalisation du centre-ville, mais je suis contre la construction d’un nouvel aréna », a indiqué M. Thiffault.

Il ajoute que les investissements de 800 000 $ pour la toiture auxquels s’ajoutent les 2,3 M$ votés pour rénover certaines infrastructures du Centre Georges-Vézina devaient permettre l’opération des lieux encore plusieurs années. Il a qualifié de caprice et de luxe, la revendication de l’équipe des Saguenéens junior majeur d’évoluer sur une glace standard. 

À ceux qui pourraient être déçus de ne pas obtenir un nouvel aréna, la conseillère Julie Dufour a conclu qu’il lui ferait plaisir de jouer à la mère Noël, mais qu’elle serait aussi capable de hausser trois fois les taxes des citoyens pour concrétiser le tout.

La présidente de l’arrondissement de Jonquière, Julie Dufour, n’entend pas jouer à la mère Noël avec l’idée d’aller de l’avant avec un nouvel aréna puisque le Centre Georges-Vézina actuel suffira à répondre aux besoins de la population, selon elle.