Plusieurs membres de la famille de Suzanne Beauchamp-Niquet se sont déplacés pour accompagner les politiciens lors de l’inauguration du nouveau pont.

Nouveau pont à Dolbeau-Mistassini: en hommage à une pionnière

Le nouveau pont enjambant la rivière Mistassini, qui a nécessité des investissements totaux de 36,3 millions de dollars, a été inauguré officiellement, lundi, à Dolbeau-Mistassini. Ce pont portera le nom de Suzanne-Beauchamp-Niquet en l’honneur de la dame qui a été mairesse de la municipalité de 1977 à 1981 et députée libérale fédérale de 1980 à 1984.

En nommant le pont Suzanne-Beauchamp-Niquet, la Ville de Dolbeau-Mistassini, qui était responsable de dénommer l’infrastructure, a voulu rendre hommage à une grande pionnière du territoire, a souligné le maire Pascal Cloutier, lors de la conférence de presse qui s’est tenue lundi, en bordure du nouveau pont de 262 mètres qui accueille 17 300 voitures par jour. « En plus d’être une grande bénévole, c’est la première et seule femme qui a occupé la fonction de mairesse à Dolbeau-Mistassini, avant de devenir députée fédérale, a-t-il évoqué. Elle a même occupé la double fonction de mairesse et de députée entre 1980 et 1981, avant d’être nommée Secrétaire parlementaire des affaires extérieures. C’est un honneur hautement mérité pour une Dolmissoise d’exception. »

Plusieurs membres de la famille s’étaient d’ailleurs présentés à la cérémonie et les quatre enfants de Suzanne Beauchamp-Niquet, décédée en 2011, ont reçu un certificat de toponymie décerné par la Ville. « Pour nous, c’est vraiment un honneur, parce qu’on le sait à quel point c’est exceptionnel ce que notre mère a fait dans sa vie, a souligné sa fille Isabelle Niquet au nom de toute la famille. En plus d’être mairesse et députée, elle était aussi maman de quatre enfants et elle a cumulé tous ces postes-là en même temps. On a vu comment elle a travaillé fort. On remercie la Ville de lui faire cet honneur. C’est une fierté pour toute la famille d’être là aujourd’hui ». Ontarienne d’origine, Suzanne Beauchamp-Niquet s’est établie à Dolbeau-Mistassini en 1948 avec sa famille. Après ses mandats politiques, Suzanne Beauchamp-Niquet a poursuivi son engagement communautaire, notamment comme présidente de la corporation du Musée Louis-Hémon, à Péribonka.

Pascal Cloutier a tenu à souligner l’importance du programme de commémoration toponymique et de reconnaissance dolmissoise, mis en place au cours des dernières années pour souligner l’implication sociale des pionniers du territoire, pour faire connaître leur histoire. « Je ne connaissais pas l’histoire de Suzanne Beauchamp-Niquet et quand je l’ai connue, j’ai été extrêmement impressionné, a-t-il admis. C’est très important de revenir sur cette histoire-là, parce que c’est un très beau message pour les femmes qui veulent s’impliquer en politique. »

Le pont voit défiler 17 300 voitures par jour.

La députée de Roberval Nancy Guillemette abonde dans le même sens. « C’est un honneur d’être ici pour honorer Suzanne Beauchamp-Niquet, parce qu’en tant que femme parlementaire, on travaille très fort pour atteindre la parité, a-t-elle dit. J’ai été surprise d’apprendre que le parlement comptait seulement 14 femmes et 282 hommes à la Chambre des communes à l’époque, alors qu’aujourd’hui on tend vers la zone paritaire de 40 à 60 %. On doit être fier du travail accompli. Madame Beauchamp-Niquet est une pionnière et un exemple pour toutes les femmes en politique. »

Cette dernière a souligné au passage l’implication du gouvernement du Québec qui a investi 22,6 millions de dollars dans la réfection du pont, alors que le gouvernement fédéral a allongé 13,7 millions de dollars.

De son côté, Richard Hébert, le député libéral fédéral, a voulu rendre hommage à la femme d’un grand leadership tout en soulignant l’importance de ce nouveau pont. « Je suis ravi de souligner la fin des travaux qui ont permis de remplacer le pont de Dolbeau et ainsi de moderniser une infrastructure de transport clé de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean », a-t-il souligné.

Pascal Cloutier a également remercié le Ministère d’avoir tenu compte des préoccupations de la Ville, en appliquant différentes mesures de sécurité, dont la traverse pour les vélos, sous le pont, qui favorise le transport actif, ainsi que l’importance accordée à la mise en valeur des paysages.

Le pont, qui a été mis en service l’automne dernier, remplaçait un pont construit en 1947 pour enjamber la rivière Mistassini. Deux ans de travaux ont été nécessaires à sa construction et il a été conçu pour résister aux tremblements de terre.