Jacynthe Munger, présidente du conseil d’administration du Fonds de dotation Santé Jonquière, Sandra Lévesque, directrice générale de l’organisme, Anny Blackburn, coordonnatrice régionale en imagerie médicale, Marie-Josée Dallaire, représentante du député provincial Sylvain Gaudreault, et Ismaël Raymond, représentant de la députée fédérale Karine Trudel, ont procédé à la traditionnelle coupe du ruban.

Nouveau mammographe à l’hôpital de Jonquière

Moins d’un an après avoir enclenché une campagne majeure de financement, le Fonds de dotation Santé Jonquière a dévoilé le fruit de ses efforts, mardi matin, en inaugurant officiellement le nouveau mammographe à l’hôpital de Jonquière, en fonction depuis le 6 mars.

Le nouvel équipement d’une valeur de 250 000 $ est le plus avancé du point de vue technologique au Saguenay-Lac-Saint-Jean, parmi les cinq en fonction. La campagne de financement visait à amasser le montant total du coût d’acquisition du mammographe. La mobilisation et la générosité de la population ont permis de dépasser l’objectif avec une récolte de 265 625 $.

Le nouveau mammographe va permettre d’obtenir des résultats plus précis, mais il ne va passer plus de mammographies par jour que l’ancien.

«On ne vient pas augmenter la quantité, mais la qualité est nettement améliorée», a soulevé Anny Blackburn, coordonnatrice régionale en imagerie médicale.

Comparativement à l’appareil antérieur, le nouveau mammographe permet le développement d’images numériques, ce qui représente une avancée majeure en matière d’organisation. Dans certains cas, il pourrait éviter aux patientes de devoir passer des examens complémentaires pour connaître les résultats approfondis.

Le nouveau mammographe est à la fine pointe de la technologie.

«Ça permet au radiologiste d’avoir une vision encore plus précise de la situation», a confirmé Mme Blackburn, en plus de citer en exemple la tomosynthèse, une nouvelle technologie offert par le nouveau mammographe qui génère des images tridimensionnelles de la glande mammaire.

Le changement d’équipement a nécessité une interruption des mammographies pendant quatre semaines à l’hôpital de Jonquière. Les cas plus urgents ont été redirigés vers un autre établissement, mais les autres ont été placés en attente.

Pour pallier au retard provoqué par cet arrêt, l’unité mobile Clara a été mise à contribution. Elle sera de retour pour une période de deux semaines dès le 16 mars, dans le but de passer environ 300 patientes.

Anny Blackburn a assuré que le délai maximal de six semaines allait être respecté.

Directrice générale du Fonds de dotation Santé Jonquière, Sandra Lévesque a salué la générosité du public, des gens d’affaires et des différents partenaires. Par exemple, la microbrasserie l’Hopera a développé La Décolletée, une bière spécialement conçue dans le cadre de la campagne, et la boutique UltraViolet Sports a créé un chandail Poche & Fils à l’effigie de la campagne.

Les différents partenaires ont dévoilé le montant total de la campagne de financement visant à l’achat d’un nouveau mammographe à l’hôpital de Jonquière.

Le surplus amassé lors de la campagne pour le mammographe servira à poursuivre la mission du Fonds de dotation Santé Jonquière, qui est de soutenir le développement des soins et des services de qualité offerts par le CIUSSS.

L’organisme se penche actuellement sur son futur projet, qui n’est pas encore défini.

+

RISQUE DE CANCER

(Jonathan Hudon) – Santé Canada a émis un avis concernant l’installation d’implants mammaires chez les Canadiennes depuis 1995, en raison d’une augmentation du nombre de cas du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM). 

« Le LAGC-AIM est une forme grave quoique rare de lymphome non hodgkinien (un cancer touchant le système immunitaire) qui peut apparaître plusieurs mois ou années après la pose d’implants mammaires. Ce n’est pas un cancer des tissus mammaires. Il se caractérise généralement par l’accumulation de liquide (appelé “sérome”) entre l’implant et les tissus environnants », écrit Santé Canada sur son avis. 

Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean a reçu la consigne de répertorier tous les dossiers de patientes ayant reçu des implants mammaires texturés depuis 1995.