Le maire de Bégin, Gérald Savard, accompagne Stécy Potvin, le promoteur immobilier, en compagnie de son associée Isabelle Quimper.
Le maire de Bégin, Gérald Savard, accompagne Stécy Potvin, le promoteur immobilier, en compagnie de son associée Isabelle Quimper.

Nouveau développement immobilier à Bégin

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La municipalité de Bégin souhaite l’installation sur son territoire de nouveaux résidants amants de la nature et des sports de toutes sortes avec l’ouverture d’un développement résidentiel face au Club de ski de fond Perce-Neige.

Depuis quelques semaines, le promoteur Stécy Potvin, président de la firme de développement immobilier Accès Nature, et son associé, Excavation M.J., de Labrecque, ont investi dans l’ouverture d’une nouvelle banque de terrains résidentiels le long de la future rue des Péninsules.

Selon les explications données en entrevue, un total de 22 terrains, dont les dimensions varient de 45 000 à 155 000 pieds carrés, sont mis en vente pour du développement résidentiel. Quatorze de ces terrains sont en bordure du Lac Chicot, un plan d’eau qui ne permet pas la baignade, mais qui est propice à la pratique du canot, du kayak, de la motoneige ou la raquette en hiver.

« Nos terrains ont une superficie de 60 000 pieds carrés en moyenne. Ce sont des terrains d’opportunité pour la construction d’un garage, offrant des conditions d’aménagement intéressantes pour la qualité de vie », explique M. Potvin.

Ce dernier ajoute qu’il travaille à l’élaboration de ce projet depuis 2015. Il avoue avoir déployé beaucoup d’efforts pour obtenir toutes les autorisations et les permis nécessaires à ce projet. À l’origine, le vaste terrain avait été réservé par la municipalité en prévision de l’expansion du terrain de golf.

À une époque où les citoyens sont à la recherche de grands espaces pour la pratique du ski de fond, de sentiers pédestres, de la chasse et de la pêche, du golf dans un environnement près des services de la ville, M. Potvin croit que son projet est susceptible d’attirer une clientèle spécifique. Un premier terrain a trouvé preneur et deux dames à la retraite de Salaberry-de-Valleyfield ont décidé d’y construire une résidence de plus de 600 000 $. Les fondations ont été coulées cet automne.

M. Potvin prévoit que les 22 terrains qui devront être dotés de fosses septiques devraient trouver preneurs en sept ans à raison de trois terrains par année.

Pour le maire de Bégin, Gérald Savard, la concrétisation de ce projet ne peut être que bénéfique pour le milieu puisqu’il contribuera à sa revitalisation. Depuis 25 ans qu’il est maire de Bégin, M. Savard affirme que sous sa gouverne, un total de 51 maisons ont été construites tandis que 70 chalets supplémentaires ont été ajoutés sur le territoire.

Le maire Savard croit à la revitalisation de Bégin, à en juger par le nombre d’élèves inscrits à l’école locale qui est passé de 58 à 70 actuellement.