La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de santé, Julie Bouchard, en compagnie de la vice-présidente responsable de la négociation, Julie Boivin, ont dévoilé les grandes lignes de l’entente de principe.

Nouveau contrat de travail pour les infirmières de la région

Le Syndicat des professionnelles en soins de santé affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a conclu une entente de principe avec le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour les 26 chapitres encadrant les dispositions normatives de la convention collective.

La présidente du syndicat, Julie Bouchard, a confirmé la nouvelle lundi matin. Cette annonce survient après une période intensive de négociations conclue au cours de la fin de semaine. Selon les propos de Mme Bouchard, les représentants syndicaux ont profité de la volonté de l’employeur exprimée à la table des négociations d’en venir à une entente rapidement.

« Lors de la création du syndicat (regroupant les huit unités représentant les établissements de santé de la région), nous avions 18 mois pour conclure une entente sur les 26 matières locales à régler. Nous sommes le premier syndicat d’un CIUSSS au Québec à conclure une entente de principe », a révélé Julie Bouchard, qui souhaite que d’autres syndicats puissent se référer à cette entente pour avancer dans leur négociation.

Les dirigeants syndicaux ont dévoilé les grandes lignes de cette entente de principe en se gardant d’en révéler les détails. Les ententes, conclues au terme de 50 séances de négociation, seront présentées aux membres dans une série d’assemblées générales à la grandeur de la région. Les 3200 membres répartis dans quatre groupes passeront au vote le 29 juin, dans chacun des établissements.

« Nous avions cinq enjeux importants à négocier. Il s’agissait de la mobilité, de la stabilité des équipes, des postes à temps complet, de la gestion structurante équitable et du respect des réalités régionales. Généralement, dans une négociation, il y a toujours des choses dont doit faire notre deuil. Mais dans le présent cas, on a réussi à maintenir nos cinq priorités », croit la présidente.

La question de la mobilité était majeure. À partir de la signature de la convention, les membres du syndicat vont acquérir des droits dans tous les établissements, puisque les mouvements de main-d’œuvre seront réalisés avec une seule liste d’ancienneté. Selon Julie Bouchard, l’employeur accepte le principe que les employés puissent choisir la mobilité.

Au chapitre de la création de postes à temps complet, Julie Bouchard affirme qu’il y aura des gains significatifs.

L’objectif était d’en arriver à créer des postes afin de résorber le problème des heures supplémentaires obligatoires qui empoisonne la vie des professionnelles.

Les problèmes ne seront pas tous réglés, mais la présidente croit que la situation sera moins difficile au cours des prochains mois.

Selon la présidente, le résultat de cette négociation traduit véritablement la volonté de l’employeur d’en arriver à une entente. Il faut comprendre que c’est l’employeur qui a proposé une stratégie de négociation intensive afin de finaliser le projet.

Il s’agissait d’une phase importante de la création de l’hôpital régional. Les 26 éléments locaux de la convention collective vont encadrer l’organisation du travail des 3200 professionnelles pour les 15 ou 20 prochaines années.

Les syndicats négocient les dispositions monétaires avec le gouvernement du Québec tous les quatre ou cinq ans.

Le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a publié un communiqué dans lequel il mentionne que cette entente de principe lui a permis d’atteindre quatre objectifs.

Le CIUSSS souhaite ainsi accroître l’attractivité et la rétention du personnel, la stabilité des équipes et le respect des réalités locales, en plus de favoriser le soutien d’un climat de travail sain.