Niobec aménagera une nouvelle route d'accès à la mine à l'emplacement de l'actuel rang 7. Les ententes avec tous les propriétaires de bouts de terrains touchés ont été conclues.

Niobec va de l'avant

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans le projet d'expansion de la mine Niobec. Des ententes ont été conclues avec tous les propriétaires de terrains sur lesquels la nouvelle route d'accès à la mine promise à la population sera aménagée.
L'entreprise minière a fait l'acquisition de 14 bouts de terrains de la route Saint-Marc et de la rue de l'Hôtel-de-Ville de grandeurs variant entre 15 et 35 mètres. Les dernières transactions ont été conclues il y a quelques jours, ce qui permettra d'aller de l'avant dans l'aménagement de la route qui aura une longueur de six kilomètres et demi et une largeur de 22 mètres. Comme des véhicules tout-terrains et des motoneiges circulent dans le secteur, des pistes parallèles seront également réaménagées.
La route que Niobec et la municipalité de Saint-Honoré souhaitent construire sera accessible via le boulevard Martel. Elle passera à l'emplacement de l'actuel rang 7, également appelé chemin de Colonisation, entre la route Saint-Marc Ouest et la rue de l'Hôtel-de-Ville.
Le projet ne nécessitait aucune expropriation. «Il s'agit de bouts de terrains et de fonds de lots», explique Mélanie Duguay, responsable des communications de l'entreprise.
Les représentants de la société minière appartenant à IAMGOLD se sont engagés à aménager une route d'accès à la mine supplémentaire afin de répondre à la demande de la communauté qui craint une trop forte augmentation de l'achalandage sur les routes. Le chemin supplémentaire sera aménagé, quoi qu'il advienne du projet d'expansion de la mine.
«L'augmentation du trafic, c'est la première préoccupation qui a été identifiée par les gens du milieu. Nous nous sommes engagés à aménager la route, que le projet d'expansion de la mine se concrétise ou non», explique Mélanie Duguay. «Nous travaillons toujours en collaboration avec la municipalité. C'est une route qui va appartenir à la municipalité. Elle sera utilisée par les camions lourds. Nous allons également sensibiliser nos employés afin qu'ils l'utilisent.»
Les autorisations de dézonage de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour l'aménagement de la route ont également été reçues.
Mais quelques étapes restent à franchir avant de voir des véhicules emprunter la route.
Des demandes de certificats d'autorisation ont été acheminées au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs.
«À partir de ça, le ministère va étudier le projet. On s'attend à recevoir les autorisations vers la fin de l'été. Nous procéderons ensuite à l'élaboration des plans d'ingénierie, puis on pense faire du déboisement à l'automne.»
La construction de la route n'est pas envisagée pour 2014. «Nous lancerons les appels d'offres, puis la construction pourra être amorcée plus tard», conclut la porte-parole de l'entreprise.