Le directeur des affaires institutionnelles et des communications à l'École nationale de police, Pierre St-Antoine

Nicolet a invité Saguenay

L'École nationale de police (ENP) aimerait qu'une délégation de Saguenay se rende à Nicolet pour mieux comprendre en quoi consistent les activités de formation. La direction souhaite aussi discuter de la possibilité d'établir de nouveaux partenariats pouvant atténuer les coûts.
La formation des policiers saguenéens à Nicolet a coûté 79 133$ à la Ville en 2016. La direction du service de police juge ce montant trop élevé. Le comité exécutif a donc récemment exprimé les doléances de l'État major dans une lettre adressée au ministère de la Sécurité publique. La demande a ensuite été transmise à l'École nationale de police pour qu'elle «réponde aux préoccupations exprimées». 
Invité à faire le point dans ce dossier, le directeur des affaires institutionnelles et des communications à l'École nationale de police a expliqué que son organisation a bien reçu la lettre, accompagnée de la résolution du comité exécutif de Saguenay. Pierre St-Antoine ajoute qu'une réponse a été acheminée à la Ville, dans laquelle une invitation officielle a été lancée. 
«On invite les gens de Saguenay à venir s'asseoir avec nous et à visiter nos installations. On aimerait les accueillir et leur expliquer comment les formations se déroulent. On pense qu'une visite permet de mieux comprendre les façons de faire et de découvrir les équipements dont on dispose», a-t-il fait valoir. 
Le porte-parole note que c'est la première fois qu'un corps policier demande la révision des coûts de formation, mais convient que Saguenay n'est pas la seule ville qui aimerait que plus de cours soient dispensés en région. 
«Les formations ''hors campus'' sont passées de 15 pour cent il y a trois ans à 40 pour cent en 2016. Avec cette statistique, on a la preuve que de plus en plus, on va dans les régions. Mais on a certaines contraintes, comme le nombre minimal de participants (masse critique) et l'équipement, qui doit être transportable», note-t-il.
Lorsque les déplacements sont possibles, les activités sont dispensées in situ. C'est notamment le cas des cours de mise à jour des connaissances juridiques et de techniques d'interrogatoires. Cependant, des formations pointues nécessitant l'utilisation de plateaux d'exercices, de décors et parfois même de comédiens ne peuvent être offertes ailleurs qu'à Nicolet.
Un rôle en évolution
Une visite de représentants de Saguenay permettra aux gens de l'École nationale de police de «leur faire part des enjeux, de les entendre et de les écouter». 
«On pourra s'assurer qu'ils sont bien équipés pour recevoir les formations, qu'ils disposent de salles de classe et de locaux fermés qui favorisent l'interaction avec les formateurs. Ça prend de l'équipement et certaines technologies. Ce type de rencontre permet de créer des collaborations qui peuvent diminuer les coûts», relève Pierre Saint-Antoine, qui insiste sur le fait que le métier de policier, en constante évolution, requerra de plus en plus de formation. 
«C'est important de mettre en relation le policier avec les situations qu'il risque de vivre», met-il en relief.
En vertu de la Loi sur la police, chaque corps policier doit verser l'équivalent de 1 pour cent de sa masse salariale à l'ENP pour financer les activités de formation. Saguenay débourse 200 000$ par année. Pierre St-Antoine précise que cette contribution permet à la SPS de bénéficier de tarifs préférentiels équivalant à 66$ par personne par jour, incluant l'hébergement et trois repas. Les frais de déplacement doivent être assumés par le corps policier. Seuls ceux qui se trouvent à moins de 60 km de Nicolet n'ont pas à séjourner sur le campus de l'École nationale.
16 formations données par l'ENP en un an
En 2016, les membres de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont pris part à 790 heures de formation dispensée par l'École nationale de police de Nicolet, impliquant 93 policiers.    
Officier des affaires publiques à la SPS, Bruno Cormier signale que les agents de la paix ont pris part à une kyrielle d'activités de perfectionnement, allant de l'utilisation du radar de vitesse aux techniques d'entrevues filmées avec un suspect, en passant par la capacité d'endiguement et la supervision d'enquêtes.
Les données recueillies par l'École nationale de police entre le 16 juillet 2016 et aujourd'hui témoignent pour leur part de la participation de 49 policiers de Saguenay à des formations. 
De ce nombre, 13 cours ont eu lieu à Nicolet, tandis que deux ont été offerts «hors campus» et un a été donné en ligne. Les formations qui ont attiré le plus d'inscriptions (30) se sont déroulées «hors campus». Il s'agit de requalifications pour l'utilisation de cinémomètres Doppler et laser (radar de vitesse). La deuxième formation la plus courue, «Policier judiciaire», a nécessité le déploiement de quatre membres de la SPS à Nicolet, tandis que «Plan de collecte - renseignements criminels» a été offerte par l'entremise du Web à un agent de la paix de Saguenay. Un policier s'est rendu à l'École nationale de police pour participer à un séminaire d'actualisation intitulé «Enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet». Parmi les autres formations suivies, la plupart du temps par une seule personne, notons entre autres «Intervention physique - le moniteur», «Intervenir auprès d'une personne dont l'état mental est perturbé» et «Patrouille à motoneige».