La rectrice démissionnaire de l’UQAC, Nicole Bouchard, quittera ses fonctions plus tôt que prévu. Elle a informé la direction de l’UQ qu’elle n’entendait plus demeurer en poste jusqu’à la fin juin.
La rectrice démissionnaire de l’UQAC, Nicole Bouchard, quittera ses fonctions plus tôt que prévu. Elle a informé la direction de l’UQ qu’elle n’entendait plus demeurer en poste jusqu’à la fin juin.

Nicole Bouchard quittera son poste de rectrice rapidement

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La rectrice démissionnaire de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Nicole Bouchard, a finalement décidé de quitter ses fonctions dès que l’Université du Québec aura trouvé un candidat qui acceptera de venir assumer l’intérim à la direction.

C’est ce qu’ont fait connaître l’UQAC et l’UQ dans un très bref communiqué en fin d’après-midi, jeudi. Nicole Bouchard entend retourner à l’enseignement le plus rapidement possible. La présidente de l’UQ, Johanne Jean, et la vice-présidente du conseil de l’UQAC, Josée Ouellet, ont participé aux discussions qui ont mené à cette entente.

Tout indique que les professeurs de l’UQAC qui ont manifesté, au cours des dernières semaines, leur désaccord avec la gestion de la rectrice Nicole Bouchard avaient l’intention de maintenir la pression malgré sa démission. Elle aurait considéré cet élément important dans son changement de décision alors qu’elle devait au départ demeurer en poste jusqu’à la fin du mois de juin.

Dans les structures du réseau universitaire, il appartient à la direction de l’UQ de mettre en branle tout le processus de sélection du futur recteur. Pour le moment, aucun nom ne circule depuis la démission de Mme Bouchard.

Il s’agit du deuxième recteur à rencontrer une vive opposition au sein de la communauté et principalement avec les professeurs. Martin Gauthier n’a pas été en mesure de renouveler pour un second mandat et Nicole Bouchard, qui avait pourtant l’appui du corps enseignant à son arrivée en poste, a été dans l’obligation de démissionner devant le tollé soulevé par ses décisions.

Le conseil d’administration de l’UQAC a reçu la démission de la rectrice lundi. La réunion a également reçu un rapport en deux volets sur des éléments de conflit d’intérêts dans la façon dont la rectrice a géré une plainte mettant en cause son conjoint au département de physiothérapie. Le rapport n’a pas été rendu public et le syndicat réclame la section qui comprend une plainte logée par ses membres pour le climat au département de physiothérapie qui était dirigé par Gilles Michaud.