Nicolas Martel quittera ses fonctions de maire de Desbiens en décembre prochain.
Nicolas Martel quittera ses fonctions de maire de Desbiens en décembre prochain.

Nicolas Martel confirme son saut à Alma et sa démission à Desbiens

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Nicolas Martel démissionnera de son poste de maire de Desbiens en décembre, pour se concentrer sur sa précampagne électorale en vue de la mairie d’Alma. 

Au lendemain de la nouvelle annonçant son saut en politique municipale en terre almatoise, parue dans Le Quotidien, le maire de Desbiens a confirmé officiellement ses intentions par voie de communiqué de presse.

« Après 11 ans, c’est avec la satisfaction du devoir accompli que j’annonce ma démission du poste de maire de la ville de Desbiens. Cette démission sera effective lors de l’inauguration du “Dôme des As” de Desbiens (patinoire, terrain de pétanque, place festival) qui s’effectuera au début de décembre prochain. Également, par respect pour un de mes conseillers qui est à mes côtés depuis le début de cette belle aventure, Claude Delisle, et qui désire se présenter à la mairie de Desbiens l’an prochain, je lui passerai le flambeau pour terminer ce mandat avec l’unanimité du conseil de ville », annonce M. Martel, dans un communiqué de presse envoyé mercredi matin.

Dans le même document, le maire rappelle ce qui le pousse à quitter sa municipalité de quelque 1000 âmes pour une ville de plus grande envergure. Il ne peut être maire à temps plein que dans une grande municipalité. Cumuler deux occupations était devenu insoutenable et M. Martel n’était pas prêt à renoncer à sa carrière politique. 

« Au cours des dernières années, la plupart des personnes croyaient que j’occupais le poste de maire à Desbiens à temps complet. La problématique du double emploi (conseiller pédagogique, directeur adjoint, négociateur dans le monde de l’éducation) pendant près d’une décennie a eu des impacts directs sur ma santé et ma vie personnelle. En revanche, j’ai réalisé que travailler au développement des communautés et de la région est une passion chez moi. J’aime la vie en région et je veux mettre mon cœur et mon expertise à contribution pour faire rayonner le Lac-Saint-Jean à travers le Québec », écrit-il, remerciant par la même occasion les citoyens de Desbiens, les employés municipaux et les conseillers.

Pour respecter la Loi sur les élections municipales, qui exige qu’un candidat à la mairie réside dans le territoire au moins un an avant le jour du vote, M. Martel est devenu résidant officiel d’Alma au mois d’août dernier. 

« Pour moi, Alma est ma ville d’adoption. J’y ai fait mon secondaire et mon collégial et j’y ai travaillé près de 20 ans. Je connais bien la communauté d’affaires et les organismes communautaires. » 

Au cours des dix dernières années, Nicolas Martel a mis en vedette sa municipalité lors de multiples événements, dont le Championnat mondial de pétanque. Dans le communiqué de presse, le maire tient aussi à rappeler que durant ses mandats, plusieurs infrastructures ont été rénovées ou construites, dont la résidence pour personnes âgées, le centre communautaire, le garage municipal, le terrain de balle et la maison des jeunes. Le maire de la petite localité, dont le salaire est trois fois moins élevé qu’un conseiller municipal d’Alma, a remis près de 40 000 $ aux organismes du milieu, au cours de ses mandats. De l’argent pris à même son salaire de maire.