La nouvelle ressource en immigration embauchée par Saguenay, Nayeth Foglia, a pour mandat d’élaborer un plan d’action d’ici à la fin du mois de mars 2019.

Nayeth Foglia produira un plan d’action

Saguenay veut devenir la leader au Québec en matière d’accueil d’immigrants. Pour y arriver, la Ville compte produire un plan d’action détaillé d’ici à mars 2019. La personne qui pilotera sa rédaction, Nayeth Foglia, vient d’être embauchée pour un mandat initial d’un an. Elle-même issue de l’immigration, la Colombienne d’origine, qui habite la région depuis 16 ans, a déjà commencé le travail terrain qui mènera à l’adoption du cadre. Pour comprendre son rôle, Le Progrès l’a rencontrée.

Alors que l’immigration occupe une place importante dans le présent débat électoral, et en contexte de pénurie de main-d’oeuvre, le dossier est on ne peut plus d’actualité. D’autant qu’il y a quelques jours, l’administration Néron a annoncé une refonte complète des services en immigration dans la capitale régionale. Exit le conseiller embauché par Promotion Saguenay il y a quelques années pour faire du démarchage d’affaires. Tous ses dossiers ont été transférés au service aux entreprises qui détient, selon la Ville, le savoir-faire et les ressources nécessaires pour s’en charger.

Les astres se sont alignés pour Saguenay puisqu’il y a quelque temps, au moment même où les autorités municipales planchaient sur les moyens à prendre pour bonifier les services en immigration, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec (MIDI) a lancé un appel de projets. La Ville a manifesté son intérêt et a pu mettre la main sur une subvention de 125 000 $. Cette somme paiera le salaire de Nayeth Foglia, les frais administratifs liés à son mandat et à la production de matériel promotionnel.

La doctorante en Développement régional de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a été choisie parmi huit candidats au terme d’un appel de candidatures lancé par Saguenay au printemps dernier. Le fait qu’elle soit issue de l’immigration ne lui a pas permis de décrocher l’emploi, ont tenu à préciser l’attachée de presse de Josée Néron, Cindy Girard, et la directrice du service Culture, sports et vie communautaire, Guylaine Houde, présentes lors de l’entrevue réalisée avec Mme Foglia à l’hôtel de ville cette semaine. Elle était la plus compétente pour le poste. Évidemment, son parcours de vie et le fait qu’elle soit un exemple d’intégration ont été considérés comme des atouts par le comité d’embauche.

« Le gouvernement du Québec a clairement fait part de son intention de déconcentrer l’immigration de Montréal. Pour attirer des gens dans les régions du Québec, il faut arrimer le capital humain et les besoins de main-d’oeuvre avec les besoins des régions. Pour voir comment on peut prendre le leadership en immigration, on a d’abord besoin d’un portrait complet de situation. Pour ça, on doit mener une consultation avec les partenaires des milieux social, communautaire, culturel et économique. On doit aussi regarder ce qu’on a déjà comme services à la ville et quelles sont les initiatives citoyennes », a résumé la responsable, en poste depuis le 18 juin. Déjà, une cinquantaine d’intervenants ont été rencontrés par Nayeth Foglia, épaulée, dans son mandat, par la fonctionnaire municipale Danielle Godin.

+

UN VASTE EXERCICE DE CONSULTATION

Par l’entremise d’entrevues et la distribution de questionnaires, la spécialiste en développement régional Nayeth Foglia a pour objectif de faire la nomenclature des services déjà offerts en immigration sur le territoire. Elle souhaite aussi connaître les besoins d’entreprises en matière d’emploi. 

Des employeurs comme Rio Tinto, Produits forestiers Résolu, Hydro-Québec, Ubisoft, CGI et la Base de Bagotville, pour n’en nommer que quelques-uns, ont été rencontrés ou le seront bientôt. Selon ce que rapporte Nayeth Foglia, emballée par son mandat, la réponse des entreprises est positive. 

« Quand on parle d’un plan d’action en matière d’immigration, on doit aussi mesurer la capacité d’accueil en matière de main-d’oeuvre », fait-elle remarquer.

Plusieurs services en immigration existent déjà sur le territoire régional. Inclusia, autrefois SEMO Saguenay, en fait partie, tout comme Portes ouvertes sur le Lac. Des liens sont donc tissés avec ces organisations.

Dans la foulée de ce vaste exercice terrain, des comités de travail seront formés pour donner naissance à un plan d’action concerté en immigration, lequel viendra appuyer la politique municipale en matière d’immigration, adoptée en 2012. 

Nayeth Foglia se déplacera aussi dans d’autres villes du Québec pour voir ce qui se fait ailleurs en matière d’immigration et s’inspirer de modèles innovants. 

Présidente de la commission Développement social, vie de quartier et services communautaires, la conseillère Brigitte Bergeron fait part du désir de Saguenay de produire des mesures attrayantes et à l’avant-garde.

« On veut être les leaders au Québec. J’ai très confiance en Mme Foglia et je sais qu’on sera capables de produire un beau plan d’action. C’est un très beau défi. Par la suite, on va décider ce qu’on fait à la ville pour implanter le plan d’action concrètement et voir combien de ressources on aurait besoin. Une chose est sûre, il va y avoir une suite », assure Brigitte Bergeron.