Jusqu’à 400 membres des Narcotiques anonymes se sont réunis en congrès à Saguenay, au cours de la fin de semaine.

Narcotique anonyme: un premier congrès au Saguenay

Le congrès provincial de Narcotiques anonymes (NA) se tenait pour la toute première fois au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce week-end. Jusqu’à 400 congressistes ayant en commun de lutter au quotidien contre leur dépendance à la drogue étaient réunis à l’hôtel Delta de Jonquière.

Les participants proviennent de partout au pays et certains viennent même des États-Unis et de la France pour l’occasion afin de livrer des témoignages sur la façon dont ils arrivent à dompter leurs démons intérieurs à travers une vingtaine de conférences.

« Les participants partagent leur expérience dans la drogue, leur rétablissement et comment ils font aujourd’hui pour fonctionner », explique Bruno T., coordonnateur du congrès de Saguenay. Le résidant d’Arvida, sobre depuis 17 ans, souhaite conserver son anonymat, comme chaque membre des NA d’ailleurs.

Cela ne l’empêche pas de prendre en charge la venue de ces centaines d’ex-dépendants aux drogues, à l’alcool ou aux médicaments de toutes sortes qui cherchent ce soutien vital afin de demeurer à l’écart des tentations. « On n’a pas arrêté de “triper”, on a juste arrêté de consommer », nuance toutefois Bruno T.

DE MONTRÉAL AUX RÉGIONS

Organisé depuis 31 ans, le congrès provincial des NA, seul exercice bilingue du genre en Amérique du Nord, se tient traditionnellement à Montréal. Les organisateurs essaient depuis quelques années de sortir de la métropole. Après des congrès tenus à Lévis et en Abitibi, les NA ont choisi le Saguenay cette année. Pour les membres des NA toutefois, la lutte contre la dépendance demeure la même, peu importe qu’on se trouve en ville ou en région.

« En général, c’est la même chose. On a les mêmes drogues ici, même si c’est peut-être un peu plus caché qu’à Montréal », indique Joël T., un participant au congrès qui est sobre depuis trois ans et demi.

Notons que les Narcotiques anonymes tiennent chaque semaine plus de 270 réunions au Québec, dont au moins sept à Saguenay.