Députée de Roberval depuis décembre dernier, Nancy Guillemette passe, en moyenne, quatre jours par semaine à Québec.

Nancy Guillemette pleinement à l’aise dans ses fonctions

À l’approche de son premier anniversaire à titre de députée de Roberval, la caquiste Nancy Guillemette se dit satisfaite du travail réalisé au cours des derniers mois. L’industrie forestière, la Véloroute des Bleuets et les services rattachés au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean occupent son carnet de travail régional.

« Ça va bien. On a de gros dossiers. Il faut se donner le temps de faire ses classes et d’apprendre les rouages. Jusqu’à présent, ça se passe bien. Je suis satisfaite des commissions auxquelles je siège », mentionne-t-elle alors que Le Quotidien est allé la rencontrer dans son bureau, à Québec. Rappelons que Mme Guillemette a été élue, en décembre dernier, à la suite de la démission de Philippe Couillard.

La femme politique, qui passe en moyenne quatre jours par semaine à Québec, se consacre déjà à quelques commissions. Elle vient d’ailleurs d’effectuer le mandat concernant le dossier de la maternelle 4 ans à titre de vice-présidente de la commission culture et éducation. En plus de la commission de la santé et des services sociaux, Nancy Guillemette se penchera, au cours des prochains mois, sur le travail entourant la commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs.

« Ça sera un gros mandat pour l’année et demie à venir. Ce sera un gros mandat de travail et aussi émotivement. Ça viendra nous chercher en tant que femmes, mères et grand-mères », exprime Mme Guillemette.

Celle-ci rappelle que le phénomène qui peut sembler lointain existe bel et bien au Lac-Saint-Jean. « Maintenant, elles sont recrutées via Internet. Il n’y a pas de petits villages dans un comté qui en sont à l’abri. On est tous à la merci de ça », souligne-t-elle.

Dossiers locaux

Nancy Guillemette est occupée au plan local par plusieurs dossiers, dont celui de la Véloroute des Bleuets qui en est un, selon elle, de longue haleine.

La députée de Roberval, Nancy Guillemette, est pleinement à l’aise dans son rôle. Le travail se réalise plus facilement depuis le retour du congé estival.

La députée reste positive face à l’industrie forestière et les nombreux bouleversements qui s’y accrochent. « Tous les députés du Saguenay-Lac-Saint-Jean et d’autres régions, on travaille ensemble à cet aspect, à faire changer le discours. La forêt, pour l’environnement, c’est un outil essentiel. On sent et on entend que le discours change et on ne lâchera pas », mentionne-t-elle.

Les dossiers rattachés au CIUSSS occupent également celle qui a découvert la politique, il y a quelques années, au palier municipal. Il s’agit, selon elle, de dossiers qui révèlent plusieurs défis. Mme Guillemette souligne les résidences pour personnes âgées ainsi que les logements des personnes vivant des situations précaires. La députée de Roberval en profite pour souligner l’excellente collaboration du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Comme plusieurs homologues œuvrant à d’autres paliers politiques, la caquiste suit de près le dossier de la téléphonie cellulaire et de l’accès à Internet haute vitesse. Celle qui vit des problèmes du genre dans sa propre résidence est sûre de voir un dénouement.

Aidée par les autres

Arrivée à l’Assemblée nationale plusieurs semaines après ses collègues députés, Nancy Guillemette n’a pas ressenti de retard face à ses pairs. « Je l’ai vécu positivement. Tout le monde voulait m’aider. On me facilitait la vie et la tâche. Eux aussi étaient relativement nouveaux. Personne ne m’a fait sentir que j’étais la petite nouvelle. Ils ont plutôt facilité mon arrivée à plusieurs égards », témoigne-t-elle.

Le travail de députée est beaucoup plus naturel pour Nancy Guillemette depuis le retour du congé estival. La représentante de la circonscription de Roberval explique que les bases du métier sont maintenant assimilées. Elle cite en exemple le simple fait de savoir maintenant à qui s’adresser ou quel ministère est concerné face à un dossier.

« Depuis septembre, je sens que je suis bien en selle et que mes dossiers avancent positivement. Des fois, c’est plus long qu’on pense, c’est quand même la machine gouvernementale. Mais on voit que le dossier chemine et on persiste », conclut-elle.

Force est d’admettre que le travail se fait présent aux bureaux de circonscription de Roberval et de Dolbeau-Mistassini de Nancy Guillemmette. L’équipe est d’ailleurs à la recherche d’une personne pour combler des besoins de communication.