Richard Hébert
Richard Hébert

Musée Louis-Hémon: Richard Hébert tanné d’attendre la réponse du ministère

Les membres du conseil d’administration du Musée Louis-Hémon de Péribonka sont las d’attendre la confirmation du ministère de la Culture et des Communications du Québec quant à sa participation au projet de l’Espace Péribonka, lequel a une incidence sur un autre projet municipal, soit la construction d’une nouvelle caserne de pompiers. Le calendrier des travaux accuse maintenant un retard de cinq semaines alors qu’une réponse en provenance du ministère concerné était espérée, au plus tard, à la mi-mars.

Le projet de 13 millions de dollars comprend la construction de l’Espace Péribonka, d’une nouvelle caserne de pompiers ainsi que le redéploiement du Musée Louis-Hémon dans l’église située au coeur de la municipalité.

« On est diplomate, on est patient. Mais on finit par être à bout. Le temps joue contre nous. J’attendais un appel mardi au plus tard. Mais on nous demande encore du temps », s’impatiente le président du conseil d’administration, l’ancien homme politique Richard Hébert.

Celui qui a repris la présidence du musée en février dernier cherche à comprendre quel élément empêche le ministère de confirmer enfin son implication au projet. La participation financière du ministère s’élève à environ 3 millions de dollars alors que le reste du financement est déjà bouclé.

Face à un accord de principe qui se fait attendre depuis des mois, Richard Hébert craint de manquer le bateau. Il redoute également qu’un retard considérable puisse être synonyme de coûts supplémentaires accolés au projet attendu depuis quatre ans.

« On va manquer la saison de la construction. Il y a des entrepreneurs qui attendent. La COVID-19 a le dos large. On ne demande pas une annonce officielle, on veut un accord de principe. Tout le monde est emballé par le projet, tout va vite, mais ça bloque au ministère de la Culture », mentionne M. Hébert.

Une rencontre s’est tenue, la semaine dernière, entre les représentants d’Espace Péribonka, l’équipe de la députée caquiste de Roberval Nancy Guillemette et le représentant de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest. Richard Hébert participait également à la rencontre.

« On est des gens civilisés. Ça fait 10 ans que je fais de la politique, jamais je n’ai vu une affaire semblable [...] Il y a quelqu’un qui ne veut pas peser sur le bouton pour que ça décolle », souligne celui qui fut maire de Dolbeau-Mistassini et député fédéral de Lac-Saint-Jean.

Celui-ci rappelle que la sortie du film Maria Chapdelaine, du réalisateur saguenéen Sébastien Pilote, combiné au déménagement du musée au coeur villageois, permettront d’insuffler un nouveau souffle à la plus vieille institution muséale du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le projet d’envergure prévoit la démolition de l’actuel hôtel de ville, la construction de la nouvelle caserne de pompiers, la démolition de l’ancienne école Hélène-Laliberté, la construction de l’Espace Péribonka ainsi que le déménagement du Musée Louis-Hémon.

La municipalité de 500 personnes injectera près de 2,2 millions de dollars au projet. Déjà 400 000 $ ont été investis.