Le directeur général de la MRC Maria-Chapdelaine, Marc Dubé, et le préfet, Luc Simard.

MRC Maria-Chapdelaine: 65 000$ pour se faire connaître

La MRC Maria-Chapdelaine investit 65 000 $ afin de se faire connaître et se rendre accessible auprès de la population. Elle engagera une ressource à temps partiel après les Fêtes. D’ailleurs, elle planche actuellement sur la refonte de son site Internet et espère être présente sur les médias sociaux.

« Si on veut communiquer avec nos citoyens, nos entreprises et nos villégiateurs, on n’a pas de médium ni de ressource pour ça. Durant ma campagne, les gens me demandaient quel était le rôle de la MRC, alors nous avons un gros exercice de rattrapage à faire », explique le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Luc Simard.

Les maires de la MRC ont adopté un budget de près de 16 millions de dollars pour l’année 2018 lors d’une séance extraordinaire, mercredi. 

Sentier de motoneige

Parmi les projets les plus importants, la MRC souhaite compléter le sentier de motoneige et de quad géré par le Parc régional des Grandes-Rivières qui reliera le parc national des Monts-Valin aux municipalités entourant le lac Saint-Jean. Près d’un million de dollars est prévu dans le budget 2018 pour compléter ce projet. 

« Il reste une passerelle à construire sur la rivière Péribonka. Les chemins sont presque tous complétés », explique M. Simard. 

La MRC a soumis des demandes de subvention, mais attend des réponses. 

« Pour nous, c’est une infrastructure touristique majeure. On ne deviendra pas un endroit comme les monts Valin, mais ça deviendra une niche où on pourra développer notre offre et avoir notre propre personnalité », soutient le directeur général de la MRC Maria-Chapdelaine, Marc Dubé. 

Par ailleurs, la MRC a encore bon espoir de concrétiser son projet de 40 millions de dollars visant à construire un pont ferroviaire sur la rivière Mistassini. Ce projet peut être concrétisé seulement si les gouvernements fédéral et provincial acceptent d’en financer une partie. 

Des barrages qui rapportent

Les principales dettes de la MRC sont des emprunts réalisés pour la construction de barrages à Val-Jalbert et sur la 11e Chute. 

« Ce sont des investissements qui nous rapportent. Ça fait augmenter notre dette, mais ça nous rapporte des revenus, alors c’est positif pour nous », précise Luc Simard. 

Sainte-Élisabeth-de-Proulx

En 2018, les quelque 200 résidents de Sainte-Élisabeth-de-Proulx, une municipalité qui dépend uniquement de la MRC, devront payer en moyenne 68 $ de plus en taxes foncières (3%). 

« Il y a eu une grosse mise à niveau des infrastructures, dont le réseau d’aqueduc et d’égouts, au cours dernières années », fait valoir M. Simard. 

« À la fin de tous ces travaux, ce sera une petite communauté avec un réseau d’eau potable moderne et à l’avant-garde en termes d’assainissement des eaux », ajoute M. Dubé.