Plus de 70 riverains ont convaincu la MRC du Domaine-du-Roy de fixer la zone inondable à 17,5 pieds.

MRC du Domaine-du-Roy: les zones inondables à 17,5 pieds

Plus de 70 riverains se sont présentés à la séance de la MRC du Domaine-du-Roy, tenue mardi dernier, à Roberval. Le but : inciter la MRC à exiger que la zone inondable définie dans la zone d’intervention spéciale (ZIS), qui interdit la construction ou la reconstruction, soit fixée à 17,5 pieds. La MRC du Domaine-du-Roy a par la suite élaboré une recommandation en ce sens.

Alors que la première carte présentée par le gouvernement du Québec laissait présager que 323 résidences allaient être incluses dans la ZIS, ce nombre baisserait à 120 résidences si on considère un niveau du lac à 18 pieds. Après avoir préconisé cette avenue, la MRC du Domaine-du-Roy a décidé d’appuyer les revendications des riverains, en proposant un niveau du lac à 17,5 pieds pour définir la zone inondable.

Ce faisant, le nombre de résidences touchées tomberait à 39, dont la très grande majorité était déjà identifiée comme étant dans une zone inondable dans le plan d’aménagement de la MRC, mentionne Danny Bouchard, le responsable de l’aménagement de la MRC du Domaine-du-Roy. Sur ces 39 maisons, on en retrouve 33 dans le secteur du Bôme, à Saint-Méthode, cinq à Chambord et une à Saint-Prime

« À la lumière de cette analyse, force est de constater que la délimitation de la ZIS par le gouvernement vient identifier près de dix fois plus de bâtiments résidentiels en zone inondable que ce qui fut réellement vécu sur le terrain au cours des inondations qui ont touché la MRC du Domaine-du-Roy au printemps 2017, a mentionné le préfet Lucien Boivin. Il apparaît clairement, pour les élus, que si cette cartographie était adoptée dans la version finale du décret, cela créerait un impact majeur sur la fiscalité des municipalités riveraines du lac Saint-Jean, lesquelles verraient leurs revenus diminués, notamment ceux en provenance des nombreuses résidences permanentes et saisonnières touchées. De plus, de nombreux propriétaires subiraient d’importants préjudices sans jamais avoir été touchés par une inondation et risqueraient de subir une perte de valeur de leur propriété ».

Les élus de la MRC ont également demandé que la délimitation de la ZIS sur la rivière aux Saumons, à Saint-Félicien, et sur la rivière Ouiatchouan, à Saint-François-de-Sales, soit revue afin de se limiter aux portions de terrains touchées en 2017 plutôt que d’appliquer une délimitation « arbitraire et trop englobante ».

La MRC de Lac-Saint-Jean Est préconise elle aussi d’utiliser le niveau de 17,5 pieds pour définir la zone inondable. Pour l’instant, la MRC de Maria-Chapdelaine préconisait un niveau de 18 pieds, par mesure de précaution. Des pourparlers auront lieu, au cours des prochains jours, pour présenter une position unique.

Depuis la présentation du projet de décret, il est interdit de construire ou de reconstruire un bâtiment dans une zone inondable définie dans la ZIS, à moins que les dommages ne soient évalués à moins de 50 % de la valeur totale de la propriété. Le gouvernement a admis que les premières cartes, établies en cachette pour éviter une course aux permis de construction, contenaient plusieurs irrégularités, lesquelles devraient être corrigées au cours des prochaines semaines.