Alliage 02 se propose pour coordonner les activités de Je crois en ma région. Sur la photo, on aperçoit la porte-parole du rassemblement, Karine Trudel, qui a annoncé qu’elle ne renouvellera pas son contrat.

Mouvement Je crois en ma région: Alliage 02 intéressé à porter le ballon

Quelques semaines avant le départ de la porte-parole de l’initiative Je crois en ma région, Karine Trudel, l’organisme Alliage 02 se montre intéressé à prendre la balle au bond.

Le regroupement né de la fusion entre la Société des fabricants régionaux et de l’Association des entreprises du parc industriel du Haut-Saguenay a démarré officiellement ses activités en 2020. Des membres d’Alliage 02 sont impliqués dans les activités de Je crois en ma région depuis ses débuts.

Selon le directeur du développement de l’organisme, Pascal Tremblay, il est trop tôt pour parler des modalités, mais il existe bel et bien une volonté de poursuivre les activités de Je crois en ma région après le départ de l’ancienne députée néo-démocrate de Jonquière.

« On trouve que le mouvement Je crois en ma région a du sens. On veut continuer à le faire vivre », lance M. Tremblay.

Rappelant que cette proposition devra recevoir l’approbation du conseil d’administration d’Alliage 02 avant de se concrétiser, Pascal Tremblay estime tout de même que l’organisme dans lequel il travaille possède les qualités requises pour coordonner les activités de Je crois en ma région.

Selon le directeur du développement d’Alliage 02, Pascal Tremblay, il existe bel et bien une volonté de poursuivre les activités de Je crois en ma région.

« On est deux OBNL qui sont là depuis 40 et 25 ans et qui ont uni leurs forces en décembre dernier pour travailler au développement économique régional, au développement de nos fabricants et de nos parcs industriels. On a déjà une belle synergie de tout près de 300 membres. Ça fait partie de notre mission de maximiser les retombées économiques dans la région », ajoute M. Tremblay.

Le contrat de Karine Trudel arrivera à échéance au début du mois de mars. Le temps presse donc pour ceux qui veulent donner un second souffle à ce rassemblement, lequel a reçu une forte opposition pendant la dernière séance du conseil municipal de Saguenay.

L’idée de laisser les rennes de Je crois en ma région à Alliage 02 a été lancée pendant une rencontre avec le comité qui coordonne cette démarche, lundi matin.

La controverse associée à l’initiative, qui prend souvent la forme d’un appui ou d’un désaveu au projet de GNL Québec, n’effraie pas Pascal Tremblay.

« Nos membres nous disent que les grands projets, c’est important. La région s’est développée avec Rio Tinto, avec le bois. Il faut laisser la chance aux grands projets d’être entendus. On pense, avec les discussions que l’on a eues à l’interne, que Je crois à ma région a sa raison d’être », indique le directeur du développement d’Alliage 02.

Une quinzaine d’organismes, parmi lesquels on retrouve les chambres de commerce et Promotion Saguenay, font partie des initiateurs du mouvement Je crois en ma région.

+

GNL QUÉBEC: LA BATAILLE SE POURSUIT SUR FACEBOOK

Les opposants au projet GNL Québec contre-attaquent. En réponse au groupe Facebook Pour GNL Québec à Saguenay, qui comprenait plus de 26 000 membres au moment d’écrire ces lignes, des citoyens ont mis sur pied le groupe Contre GNL Québec à Saguenay. 

Le groupe Contre avait reçu plus de 1000 demandes d’adhésion en trois heures d’existence, lundi soir. Il a été créé par Mathieu Lapointe, un homme qui travaille à la Microbrasserie du Lac-Saint-Jean, selon son profil Facebook.

Sur la page Facebook, on donne un lien vers une pétition contre le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de Saguenay qui a été signée par environ 57 000 personnes.