À bord d'un bateau, il est interdit de s'approcher à moins de 400 mètres d'un béluga.

Motomarines interdites dans le parc marin Saguenay-Saint-Laurent

Une autre mesure vient d'être adoptée pour protéger le béluga. Il est désormais interdit d'utiliser une motomarine dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.
C'est ce que prévoit le Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent qui a été modifié le 1er janvier dernier.
Cette modification a été apportée afin de rehausser la protection du béluga, une espèce en péril, dans cette aire marine protégée, a révélé par courriel, Laurence Pagé, agente, Partenariats, engagement et communications, de l'unité de gestion du Saguenay-Saint-Laurent.
Dans la même veine, la limite de vitesse est maintenant de 15 noeuds (27,78 km/h) dans l'embouchure du Saguenay. Dans le reste du parc, la vitesse est limitée à 25 noeuds.
Le parc couvre tout le Saguenay à partir du phare de Cap-à-l'Est (ou du Cap-au-Leste), en aval de l'embouchure de la baie des Ha ! Ha ! , jusqu'au fleuve Saint-Laurent. 
C'est donc dire qu'il est interdit d'utiliser une motomarine à partir des marinas de Sainte-Rose-du-Nord et de L'Anse-Saint-Jean.
Une campagne de sensibilisation
Pour mieux faire connaître les nouvelles règles, Pêches et Océans Canada et Parcs Canada mèneront la campagne de sensibilisation « Prenez-en soin, gardez vos distances », dans le but d'informer les plaisanciers des bonnes pratiques de navigation à adopter en présence de bélugas. Au cours des prochains jours, des représentants des deux organismes fédéraux patrouilleront la rive sud du Saint-Laurent ainsi que le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent pour sensibiliser les plaisanciers aux bonnes pratiques à adopter sur l'eau. En plus des patrouilles nautiques, des efforts de sensibilisation sont déployés sur les médias sociaux et lors d'événements publics.
Cette initiative de sensibilisation est réalisée en collaboration avec le Réseau d'observation de mammifères marins (ROMM) et le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM).
Pas d'impact
Selon le propriétaire de Saguenay Marine, Guy Hovington, la décision d'interdire les motomarines dans le parc marin ne devrait pas avoir d'impact sur ses ventes de ces engins. « C'est vraiment téméraire comme endroit. Les gens cherchent des plans d'eau où il n'y pas de courant, de vagues ou de marées. Sur le Saguenay, en plus l'eau est froide et salée. Moi, ça ne me dérange absolument pas dans ma ''business'' », a expliqué le commerçant. Il approuve d'ailleurs la décision pour protéger le béluga. 
Depuis le 1er janvier, il n'est plus possible d'utiliser une motomarine sur le Saguenay entre Tadoussac et le Cap-à-l'Est
Ce qu'il faut faire
En présence de bélugas, les plaisanciers doivent s'éloigner en maintenant un cap et une distance d'au moins 400 mètres. 
Dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, les plaisanciers doivent se conformer au règlement et ne peuvent plaider leur ignorance. En plus des motomarines, il est aussi interdit d'utiliser un aéroglisseur et de pratiquer des sports nautiques de traction dans les limites du parc, comme du ski nautique. 
De plus, le pilote d'un bateau, à l'exception d'un bateau à propulsion humaine (comme un kayak), qui se trouve à moins d'un demi-mille marin (926 m) d'un béluga, ne peut demeurer stationnaire et doit naviguer à une vitesse constante d'au moins 5 noeuds et d'au plus 10 noeuds. Dans cette situation, il est également interdit d'effectuer des changements de direction à répétition.