Le président américain, Donald Trump, a laissé entendre qu’il n’excluait pas de signer un accord provisoire avec la Chine.

Washington veut «des progrès substantiels» dans les négos avec Pékin

WASHINGTON — L’administration Trump veut «des progrès substantiels» dans les prochaines négociations commerciales avec la Chine, a déclaré jeudi le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, au lendemain de l’annonce à Pékin et Washington d’une pause dans la guerre des tarifs douaniers.

«Nous ne voulons pas d’un voyage qui ne soit qu’une série de discussions. Nous voulons faire des progrès substantiels», a dit M. Mnuchin sur la chaîne CNBC.

Il a en outre souligné que Donald Trump était disposé à retirer ou à augmenter les tarifs douaniers sur les marchandises en provenance du géant asiatique selon l’issue des discussions. Le président américain a pour sa part laissé entendre, jeudi soir, qu’il n’excluait pas de signer un accord provisoire avec la Chine.

«J’entends beaucoup d’analystes parler d’un accord provisoire, ce qui veut dire qu’on s’accorderait sur certaines parties, les plus faciles pour commencer. Mais ce n’est pas facile ou difficile. Soit il y un accord, soit il n’y en a pas. Mais c’est quelque chose qu’on pourrait envisager, j’imagine», a déclaré le locataire de la Maison-Blanche.

Pékin a annoncé plus tôt étudier la possibilité d’acheter davantage de produits agricoles américains, chers à Donald Trump, et qui sont actuellement durement affectés par les représailles chinoises. «Les entreprises chinoises ont commencé à s’informer sur l’achat de produits agricoles américains», a assuré jeudi le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng. M. Gao a précisé que les produits en question comprenaient notamment le porc et le soja, que les agriculteurs américains exportaient massivement vers la Chine avant le début des tensions.

«Le problème que nous avons toujours eu avec les Chinois est qu’ils ne respectent pas leurs engagements», a tempéré sur CNN Peter Navarro, conseiller économique de la Maison-Blanche. Le président «peut nouer un accord à tout moment mais il veut un bon accord», a martelé Steven Mnuchin, rappelant que Pékin s’était engagé dès le début des discussions «à rééquilibrer» les échanges commerciaux entre les deux pays.

En 2018, les États-Unis ont accusé un déficit des biens de 419,52 milliards de dollars avec la Chine.