La police a annoncé dimanche soir que le nombre des morts était passé à 59, avec la découverte de nouvelles victimes de glissements de terrain.

Une délégation de Québec au coeur du typhon en Chine

Le directeur du Centre des congrès de Québec, P.-Michel Bouchard, a vécu le typhon Mangkhut de très près. Lui et cinq autres Québécois — dont Bonhomme Carnaval! —, ont dû évacuer d’urgence le Centre des congrès de Canton.

Actuellement en Chine pour présenter la ville et l’aéroport de Québec aux Chinois, les six Québécois ont vécu tout un moment de stress lorsque les organisateurs ont demandé d’évacuer le Centre des congrès vers 12h30 (0h30, heure de Québec), dimanche.

«Le Centre des congrès est très grand. Il a fallu tout laisser et marcher pendant 15-20 minutes pour se rendre aux autobus que les organisateurs avaient fait entrer dans le Centre des congrès. Ça a pris 1h30 pour embarquer les 3000 personnes», a expliqué P.-Michel Bouchard par téléphone, depuis sa chambre d’hôtel.

La tempête qui ne devait s’abattre que lundi sur la ville a pris tout le monde par surprise. «C’était une journée normale, et tout d’un coup, on nous a dit que la tempête s’en venait. C’était assez inquiétant», a-t-il raconté. «Quand on est sorti avec l’autobus, on a vu de l’eau qui dégoulinait du toit et des gens qui mettaient des sacs de sable près des portes vitrées.»

Pendant le trajet relativement court pour se rendre à l’hôtel, le temps a paru très long, dit M. Bouchard. «Le trajet ne durait que 20 minutes, mais c’était stressant. Il n’y avait personne dans les rues, les vents étaient très violents, et on voyait des arbres couchés un peu partout», a-t-il relaté.

Par chance, l’hôtel des Québécois se situe dans une zone hors de danger et ils ont pu se reposer une fois arrivés. Selon M. Bouchard, la tempête est passée et le congrès devrait reprendre lundi matin. Le départ de la Chine est prévu mardi.

M. Bouchard accueillera, en février 2019, 1000 à 1500 Chinois à Québec pour un congrès. Espérons que la météo sera clémente pendant leur séjour.

Le directeur du Centre des congrès de Québec, P.-Michel Bouchard

Premiers morts en Chine

Le typhon Mangkhut, qui s’est engouffré dimanche en Chine continentale, a fait ses premiers morts, après avoir semé le chaos à Hong Kong où il a fait plus de 200 blessés et frappé le nord des Philippines où au moins 59 personnes ont péri.

Mangkhut a atteint la ville de Jiangmen, dans la province chinoise de Guangdong dont les autorités ont annoncé avoir évacué 2,37 millions d’habitants et ordonné à des dizaines de milliers de bateaux de pêche de regagner les ports avant son arrivée.

La télévision officielle chinoise CCTV a annoncé que le typhon avait fait deux morts dans cette province.

Cette tempête considérée comme la plus forte survenue dans le monde depuis le début de l’année a ravagé des zones agricoles du nord de l’île de Luçon, la plus grande de l’archipel philippin, y provoquant inondations et glissements de terrain.

À Hong Kong, où l’Observatoire météorologique avait émis le niveau d’alerte maximal, le typhon, avec des rafales de plus de 230 km/h, a fait au moins 213 blessés, d’après le gouvernement local.

Mangkhut a semé le chaos dans cette ville, pulvérisant des vitres, déracinant des arbres et faisant osciller les tours d’habitation.

Dans le nord des Philippines, les moyens de communication et l’électricité ont été coupés dans la majeure partie de la zone située sur sa trajectoire, où vivent environ cinq millions d’habitants : autant de difficultés pour évaluer le bilan humain et matériel.

La police a annoncé dimanche soir que le nombre des morts était passé à 59, avec la découverte de nouvelles victimes de glissements de terrain.

Les autorités ont assuré qu’elles poursuivraient leurs efforts lundi matin pour tenter d’extraire, bien qu’ils soient probablement morts, une vingtaine de mineurs dont le dortoir a été enseveli par un glissement de terrain près de Baguio, une ville du nord des Philippines. Avec AFP