Selon l’agence de presse Press Trust of India, M.J. Akbar a menacé de poursuivre ses accusatrices en justice, affirmant que les allégations étaient «fausses, non fondées et insensées».

Un ministre indien accusé d'inconduites sexuelles nie les allégations

NEW DELHI - Le ministre de second rang des Affaires étrangères de l’Inde a nié, dimanche, avoir posé des gestes répréhensibles après qu’une dizaine de femmes journalistes l’eurent accusé d’avoir commis des inconduites sexuelles alors qu’il était rédacteur en chef pour un journal.

Selon l’agence de presse Press Trust of India, M.J. Akbar a menacé de poursuivre ses accusatrices en justice, affirmant que les allégations étaient «fausses, non fondées et insensées».

M. Akbar a fait cette déclaration quelques heures après être revenu d’un voyage officiel en Afrique.

C’était la première fois que le ministre réagissait publiquement aux accusations alors que plusieurs reporters et politiciens de l’opposition réclament sa démission.

Depuis le mois dernier, de nombreuses actrices et journalistes indiennes ont inondé les médias sociaux d’allégations selon lesquelles elles auraient été harcelées ou agressées par leurs supérieurs ou leurs collègues, principalement sur leur lieu de travail.