L’acteur américain Robert De Niro a de nouveau critiqué publiquement le président Trump.

«Un mauvais joueur» : De Niro critique à nouveau le président américain

LONDRES — L’acteur américain Robert De Niro s’en est de nouveau pris vendredi, lors du Festival du film de Londres, au président américain Donald Trump, qu’il a accusé de tenter de «détruire» des institutions américaines afin de «se sauver lui-même».

S’exprimant devant un public de cinéphiles avant la projection du film The Irishman de Martin Scorcese où il tient le rôle principal, l’acteur a estimé que Donald Trump tentait de «retourner» l’opinion publique américaine concernant des institutions non partisanes comme la CIA ou le FBI.

«Nous devons défendre ces institutions — et aussi le quatrième pouvoir, la presse —, car il essaie de les détruire et cela pour une seule raison : se sauver lui-même», a déclaré l’acteur né à New York.

«Tous est sens dessus dessous à cause de Trump, car c’est un mauvais joueur», a-t-il ajouté au moment où les échanges portaient sur son film The Good Shepherd 2006) évoquant la naissance de la CIA sur les décombres de la Deuxième Guerre mondiale.

Robert De Niro a souvent critiqué le président américain, sans ménagement comme à la cérémonie de remise des Tony Awards, récompenses du théâtre de Broadway, en juin 2018. Son intervention, transmise par la télévision, lui avait valu les applaudissements enthousiastes du public.

De Niro s’en est également pris aux républicains : «C’est tout simplement écœurant de voir les républicains avoir peur de faire quoi que ce soit, trop effrayés pour réagir», a-t-il déploré, sous les applaudissements nourris de l’assistance.

De Niro, dont la carrière prodigieuse a démarré à Broadway avant qu’il ne découvre le cinéma à l’âge de 20 ans, a répondu aux questions de comédiens débutants sur son travail d’acteur.

Il a ainsi révélé qu’il avait parfois eu recours à «l’exercice de l’animal» qui consiste à se glisser dans la peau d’un animal pour incarner un personnage. «J’ai imaginé Travis comme un crabe», a-t-il raconté à propos de son interprétation légendaire du rôle de Travis Bickle — un vétéran de la guerre du Vietnam mentalement brisé qui conduit un taxi jaune à New York — dans le film Taxi Driver tourné en 1976.