Le plan Obama impose des réductions de leurs émissions de CO2 aux centrales thermiques qui utilisent des énergies fossiles.

Trump va abroger le plan climat d’Obama

HAZARD - Le dirigeant de l'agence de protection environnementale des États-Unis (EPA) a annoncé qu'il mettra la hache dans le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'ex-président Barack Obama.

De passage lundi au Kentucky, un État minier, l'administrateur de l'EPA, Scott Pruitt, a déclaré que la «guerre contre le charbon est terminée».

Cette annonce marque le point culminant d'un long combat que M. Pruitt avait amorcé en tant que procureur général de l'État de l'Oklahoma. Il figurait alors parmi la vingtaine de procureurs généraux ayant intenté une poursuite pour faire obstacle aux limites sur les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Scott Pruitt refuse d'accepter le consensus scientifique selon lequel les GES causés par l'utilisation humaine de combustibles fossiles sont responsables des changements climatiques.

Le président américain, Donald Trump, partage le scepticisme de M. Pruitt, qu'il a placé à la tête de l'EPA, face aux faits établis de la science du climat. Il s'était déjà engagé à abroger le Plan pour une énergie propre lors de sa campagne présidentielle de 2016.

M. Pruitt devrait aller de l'avant mardi, en déclarant que ce plan outrepasse les pouvoirs fédéraux en imposant des standards que les centrales ne peuvent respecter.


La guerre contre le charbon est terminée
Scott Pruitt, directeur de l'Agence de protection environnementale

«L'EPA et les agences fédérales ne devraient jamais utiliser leur autorité pour vous dire que nous allons déclarer la guerre contre quelque secteur que ce soit de notre économie», a-t-il déclaré.

Le plan de M. Obama visait à réduire les émissions de dioxyde de carbone de 32 % par rapport à leur niveau de 2005, et ce, d'ici 2030. Il imposait des cibles précises aux États, mais accordait aux autorités toute la latitude de choisir les moyens de les atteindre.

La Cour suprême avait suspendu ce plan l'an dernier dans la foulée de contestations judiciaires de l'industrie du charbon et de ses États alliés.

Le programme a tout de même provoqué des vagues de fermeture de centrales, alors que les bas coûts du gaz naturel et des énergies renouvelables font également du tort à ce secteur.

Le retrait du Plan pour une énergie propre représente la plus récente étape du démantèlement du legs de Barack Obama en matière de climat par MM. Trump et Pruitt.

Le président a annoncé plus tôt cette année qu'il retirait les États-Unis de l'accord de Paris, auquel près de 200 pays adhèrent.