Le leader nord-coréen Kim Jong Un, au moment de quitter la Corée du Sud vendredi, à la suite du sommet historique avec le président Moon Jae In.

Trump optimiste mais promet de ne pas se faire avoir

WASHINGTON — Donald Trump a salué vendredi la rencontre «historique» entre les dirigeants sud et nord-coréens, soulignant «l'enthousiasme» de Pyongyang en faveur d'un accord tout en avertissant qu'il ne se ferait «pas avoir» par Kim Jong Un, avant leur rencontre très attendue.

«Nous allons, je pense, parvenir à une solution. Et si non, nous quittons la salle. Avec grand respect», a déclaré le président américain dans le Bureau ovale, en fin d'une matinée ponctuée par ses commentaires, largement optimistes, sur Twitter et devant les caméras à propos de la Corée du Nord.

Interrogé par des journalistes à la Maison Blanche avant une rencontre avec la chancelière allemande, Donald Trump a affirmé en parlant de Kim Jong Un: «Je ne pense pas qu'il essaye de nous tromper. Ca ne s'est jamais passé comme ça, ça n'est jamais allé aussi loin. Je ne crois pas qu'il y ait jamais eu cet enthousiasme de leur part pour parvenir à un accord».

«On ne va pas se faire avoir, d'accord? Nous espérons parvenir à un accord. Si on n'y arrive pas, tant pis", a-t-il ajouté.

Donald Trump a accepté de rencontrer Kim Jong Un d'ici juin pour un sommet inédit. Son nouveau chef de la diplomatie, Mike Pompeo, a rencontré, lorsqu'il était encore à la tête de la CIA, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un durant le week-end de Pâques au cours d'une mission tenue un temps secrète. Les deux hommes se sont bien entendus, selon Donald Trump.

Dès le petit matin, Donald Trump a commenté dans une série de tweets les avancées en faveur de la dénucléarisation obtenues lors de la rencontre vendredi entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong Un.

«Après une année folle de lancements de missiles et de tests nucléaires, une rencontre historique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud a lieu. Des choses positives se passent mais seul le temps permettra de juger!», a d'abord tweeté Donald Trump.

«Aide précieuse» de Pékin

Il a par ailleurs estimé que les Américains devraient être «fiers» de l'évolution de la situation sur la péninsule, avec l'engagement pris vendredi entre les deux Corées de chercher cette année à mettre fin de manière permanente à la guerre.

«LA GUERRE EN COREE VA SE TERMINER! Les États-Unis et tous leurs citoyens devraient être vraiment fiers de ce qui se passe en ce moment en Corée!», a-t-il écrit.

Un sénateur américain, le républicain Lindsey Graham, a d'ailleurs estimé vendredi que Donald Trump mériterait le prix Nobel de la Paix si ces avancées diplomatiques débouchent sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

«Cela ne serait pas arrivé sans Trump», a-t-il affirmé sur Fox News. «Donald Trump a convaincu la Corée du Nord et la Chine qu'il voulait sérieusement contribuer au changement», a ajouté le sénateur. «Nous n'en sommes pas encore là mais si cela arrive, le président Trump mérite le prix Nobel de la Paix».

Alors que la Chine, seul grand allié de Pyongyang, a pu un temps paraître marginalisée dans le processus de rapprochement entre les Corées et avec l'annonce début mars que Donald Trump acceptait de rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, le président américain a pris soin vendredi de saluer le rôle de Pékin.

«Veuillez ne pas oublier l'aide précieuse que mon bon ami, le président Xi de Chine, a apporté aux États-Unis, particulièrement à la frontière avec la Corée du Nord. Sans lui, cela aurait été un processus bien plus long et dur!», a-t-il écrit.