Le président américain a fait valoir sur Fox News qu’il s’agissait sans doute d’un enregistrement «effroyable», mais qu’il était déjà au courant de tout ce qui pourrait s’y trouver sans avoir besoin de l’entendre.

Trump n’écoutera pas l’enregistrement du meurtre de Khashoggi

WASHINGTON - Le président américain Donald Trump a affirmé qu’il n’écouterait pas l’enregistrement du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, alors qu’un rapport imminent sur l’assassinat menace de le placer dans une impasse diplomatique: comment réprimander Riyad tout en maintenant des liens étroits avec un proche allié.

M. Trump, dans une entrevue diffusée dimanche, a précisé que l’enregistrement audio, fourni par le gouvernement turc, n’influerait pas sur sa décision quant à la manière de réagir au meurtre du journaliste saoudien le 2 octobre, qui, selon les agences de renseignement américaines, a été ordonné par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman.

Le président américain a fait valoir sur Fox News qu’il s’agissait sans doute d’un enregistrement «effroyable», mais qu’il était déjà au courant de tout ce qui pourrait s’y trouver sans avoir besoin de l’entendre.

Les journalistes ont questionné M. Trump, durant sa visite samedi en Californie pour évaluer les dommages causés par l’incendie de forêt, sur la mort de M. Khashoggi, un chroniqueur pour le «Washington Post» souvent critique à l’égard de la famille royale saoudienne.

Le plus haut diplomate saoudien a affirmé que le prince héritier n’avait «absolument» rien à voir avec la mort du journaliste.

«Nous aurons un rapport très complet au cours des deux prochains jours, probablement lundi ou mardi», a dit M. Trump. «Cela inclura «qui l’a fait»», a-t-il déclaré.

On ignore si les conclusions du rapport seront rendues publiques. Des responsables au fait du dossier ont averti que, même s’il est probable que le prince héritier ait été impliqué dans la mort du journaliste, des questions subsistent quant au rôle qu’il a joué.

M. Trump a déclaré à «Fox News Sunday» que le prince héritier avait nié à plusieurs reprises une quelconque participation au meurtre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Le président a refusé de dire si une preuve de l’implication du prince héritier, avec lequel l’administration Trump a noué des liens étroits, modifierait les relations avec Riyad.

«Bien, est-ce que quelqu’un saura vraiment?», a dit le président Trump. «En même temps, nous avons un allié et je veux rester avec un allié qui, à bien des égards, a été très bon.»

***

TRUMP ANNONCE DE NOUVEAUX CHANGEMENTS AU SEIN DE SON ÉQUIPE 

WASHINGTON - Le président américain Donald Trump, coutumier des changements répétés au sein de son équipe rapprochée, a annoncé de nouveaux départs à venir, tout en réaffirmant que la Maison Blanche fonctionnait comme «une machine bien huilée».

«J’ai trois, quatre ou cinq postes en tête», a déclaré M. Trump dans un entretien à Fox News diffusé dimanche. «Peut-être que ce ne sera finalement que deux».

Appelé à s’exprimer sur le sort du secrétaire général de la Maison Blanche, John Kelly, le président américain a soufflé le chaud et le froid.

«Il y a des choses que j’aime beaucoup dans ce qu’il fait et il y a des choses que je n’aime pas», a-t-il expliqué. «A un moment donné, il voudra bouger», a-t-il ajouté, refusant de se prononcer sur un calendrier.

La ministre à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen --une proche de M. Kelly, donnée partante depuis plusieurs semaines-- vit-elle ses derniers jours au sein de l’administration Trump? Le président américain a laissé entendre que ce pourrait bien être le cas.

«Je l’aime beaucoup, je la respecte beaucoup», a-t-il déclaré, avant cependant de lui reprocher ce qu’il estime être un manque de fermeté sur l’immigration: «J’aimerais qu’elle soit beaucoup plus dure sur la frontière (avec le Mexique), beaucoup plus dure».