Nommé par Donald Trump, l'ambassadeur des États-Unis à Berlin, Richard Grenell, est en poste depuis moins d'un mois.

Tollé contre l'ambassadeur américain à Berlin

WASHINGTON — Le gouvernement américain a défendu mardi la «liberté d'expression» de l'ambassadeur des États-Unis à Berlin, qui a provoqué un tollé en déclarant vouloir «soutenir» la droite dure en Europe.

Dans un entretien publié dimanche par le site d'extrême droite américain Breitbart, l'ambassadeur Richard Grenell, nommé par Donald Trump et en poste depuis moins d'un mois, a affirmé avoir été contacté par «de nombreux conservateurs dans toute l'Europe» qui lui ont fait part de leur sentiment d'une «résurgence» de cette mouvance politique.

«Je veux absolument soutenir d'autres conservateurs partout en Europe, d'autres responsables», a-t-il ajouté.

Attaqué sur Twitter, il a ensuite paru faire partiellement machine arrière. Il a jugé «ridicule» l'idée qu'il puisse appuyer des partis ou candidats conservateurs lors d'élections en Europe.

Mais «je maintiens mes propos sur le fait que nous vivons un réveil de la majorité silencieuse, ceux qui rejettent les élites et leur bulle», a-t-il précisé, jugeant que ce mouvement est «mené par Trump».

Un membre du gouvernement allemand l'a accusé mardi d'ingérence dans les affaires intérieures et les partis de gauche ont réclamé son renvoi.

«Les ambassadeurs ont le droit d'exprimer leur opinion», s'est bornée à répondre la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert, pressée de questions à Washington sur les déclarations de Richard Grenell, tout en reconnaissant qu'ils «représentent la Maison-Blanche».

«Il y a parfois des opinions que l'on peut aimer ou pas. Et il y a aussi la liberté d'expression», a-t-elle ajouté.

«Je crois que l'ambassadeur Grenell n'a fait que souligner qu'il y a des partis et des candidats qui s'en sortent bien en Europe en ce moment, rien de plus», a poursuivi Heather Nauert.

La porte-parole du département d'État a néanmoins «réaffirmé la force» de la relation des États-Unis avec l'Allemagne.