Carles Puigdemont, le dirigeant indépendantiste catalan destitué installé à Bruxelles, ne se rendra pas à la convocation de la justice espagnole qui a ouvert contre lui une enquête pour sédition et rébellion, a annoncé mercredi son avocat belge.

Puigdemont refuse de se rendre à Madrid

MADRID — Carles Puigdemont, le dirigeant indépendantiste catalan destitué installé à Bruxelles, ne se rendra pas à la convocation de la justice espagnole qui a ouvert contre lui une enquête pour sédition et rébellion, a annoncé mercredi son avocat belge.

Avec 13 de ses conseillers (ministres), Carles Puigdemont est convoqué jeudi à Madrid par une juge de l’Audience nationale, juridiction spécialisée dans les dossiers complexes, qui pourrait l’inculper si elle suit les réquisitions du ministère public.

Alors que le vice-président du gouvernement catalan destitué, Oriol Junqueras, et plusieurs «ministres» ont l’intention de comparaître, le dirigeant indépendantiste demande, lui, à être entendu en Belgique, selon son avocat belge.

«Il ne va pas à Madrid, et j’ai proposé qu’on l’interroge ici en Belgique, a déclaré Me Paul Bekaert mercredi à la télévision catalane TV3.

«On va examiner si les peines [encourues] ne sont pas disproportionnées et si les droits fondamentaux sont respectés», a ajouté l’avocat, qui a déjà défendu des Basques espagnols membres présumés d’ETA dont Madrid demandait l’extradition.

M. Puigdemont avait assuré mardi à Bruxelles qu’il ne reviendrait pas en Espagne sans l’assurance de bénéficier d’un procès impartial, accusant le parquet de nourrir un «désir de vengeance» à son endroit.

«Traîtres»

Au moins deux des «ministres» catalans qui l’avaient accompagné à Bruxelles sont finalement repartis et ont atterri mardi soir à Barcelone où des militants unionistes les ont accueillis aux cris de «traîtres».

Plusieurs centaines de personnes ont accompagné mercredi jusque dans la gare de Barcelone un groupe d’au moins deux députés partant pour la capitale, scandant «Liberté» et «Vous n’êtes pas seuls» en catalan, a rapporté une journaliste de l’AFP.

Le procureur général de l’État requiert l’inculpation des dirigeants indépendantistes pour sédition et rébellion, délits passibles de 15 et 30 ans de prison.

Il a demandé les mêmes poursuites contre la présidente et les membres du bureau du Parlement catalan qui, en raison de leur privilège parlementaire, doivent être entendus par un juge d’instruction de la Cour suprême.

M. Puigdemont et son cabinet risquent d’être placés en détention provisoire, comme deux présidents de mouvements associatifs indépendantistes écroués mi-octobre pour «sédition» après avoir appelé à une manifestation pendant laquelle des gardes civils avaient été empêchés de sortir d’un bâtiment et trois de leurs véhicules endommagés.