Barack Obama a été appelé en renfort par les troupes démocrates pour encourager la population à voter mardi.

Pour les démocrates, 2018 sert de répétition générale pour 2020

WASHINGTON - Pour les démocrates, les élections de mi-mandat ont été un phare dans l’obscurité, une chance de sortir du désert politique et de répudier un président qu’ils considèrent comme une force dangereuse.

Mais à l’approche du vote de mardi, de nombreux démocrates sont aussi nerveux qu’optimistes.

Leurs souvenirs de 2016, quand ils ont vu avec incrédulité Donald Trump défier les sondages, les attentes et les normes politiques, sont encore frais. Et alors que M. Trump arpente le pays avec son message de campagne controversé et teinté de racisme, le défi qui attend les démocrates est à la fois similaire et plus urgent qu’il y a deux ans: et s’ils n’arrivaient pas à arrêter M. Trump, et s’ils échouaient encore?

«Une partie de l’enjeu cette fois-ci est notre capacité d’expliquer que ce n’est pas ce que nous sommes», a dit Karen Finney, une consultante démocrate qui a travaillé sur la campagne malheureuse de Hillary Clinton en 2016.

Cette année, l’histoire est du côté des démocrates. Le parti du président en exercice perd souvent du terrain à mi-parcours après avoir été élu, et pendant une grande partie de 2018, l’enthousiasme des électeurs et les sondages ont également favorisé les démocrates.

Les concours primaires ont rempli la liste des démocrates avec une nouvelle génération de candidats, dont plusieurs sont issus de minorités qui pourraient écrire l’histoire. Alors que la lutte pour reprendre le contrôle du Sénat, qui se déroule principalement dans les États conservateurs, pourrait s’avérer hors de portée des démocrates, le parti a été encouragé par sa capacité à être compétitif dans des États à tendance républicaine tels que le Texas et le Tennessee.

Les démocrates cherchent avant tout à récupérer la Chambre et à occuper les sièges de gouverneur en Floride, dans le Wisconsin, dans l’Ohio et ailleurs. Le parti cherche également à se racheter dans le Midwest, où M. Trump s’est rallié les électeurs blancs de la classe ouvrière qui soutenaient les démocrates depuis des années. Dans le Michigan, l’Ohio, le Wisconsin et la Pennsylvanie, les démocrates semblent prêts à reprendre du terrain.

De telles victoires créeraient un élan derrière la transition du parti vers une nouvelle génération de candidats plus jeunes, plus diversifiés, avec un plus grand nombre de femmes et un leadership plus libéral que démocrate. Elles signaleraient également que les positions intransigeantes de M. Trump sur l’immigration et son penchant pour les attaques personnelles dégoûtent les électeurs davantage qu’ils ne les dynamisent.

Une bonne performance démocrate mardi permettrait de jeter les bases d’une stratégie efficace pour que le parti puisse se présenter contre M. Trump lors de la course à la présidence de 2020. Au moins deux douzaines de démocrates attendent dans les coulisses, impatients d’en découdre avec M. Trump.

Mais le président s’est révélé une fois de plus être une puissance politique en fin de campagne.

Même avec la diffusion quotidienne de ses états d’âme sur Twitter et un taux d’approbation inférieur à la moyenne de ses récents prédécesseurs à ce stade, il a presque à lui seul placé les républicains dans une position plus favorable cet automne. Il a lancé un appel agressif à ses partisans loyaux et centraux avec un message nationaliste nettement anti-immigrés, et en présentant les démocrates comme étant déconnectés du courant dominant.

«Un vote pour un démocrate, ce novembre, est un vote pour confier le Congrès à des politiciens d’extrême gauche et pour détruire vos emplois, réduire vos revenus, compromettre votre sécurité et faire passer les étrangers en situation irrégulière avant les citoyens américains», a prévenu M. Trump lors d’un rassemblement samedi à Pensacola, en Floride.

Si les républicains s’accrochent au contrôle du Congrès, M. Trump en sera presque certainement enhardi. Les démocrates se retrouveraient avec des questions difficiles sur la voie à suivre.

Par exemple, comment les démocrates pourront-ils constituer une coalition gagnante en 2020 s’ils ne parviennent pas à faire appel aux électeurs modérés des banlieues qui dominent dans les districts du Congrès qui décident quel parti détient la majorité à la Chambre? Et comment les démocrates, s’ils échouent, vont-ils continuer à canaliser l’énergie des jeunes et des femmes qui ont défilé pour protester contre M. Trump, se sont inscrits pour voter et se sont portés volontaires pour la première fois de la saison électorale?

«Je crains que si les élections ne sont pas ce que nous espérions, les gens diront, «c’est trop difficile», qu’ils se découragent», a dit Jennifer Palmieri, la directrice des communications de Mme Clinton lors de la campagne de 2016.