Le prince Harry à Londres, lundi

Plus en retrait qu’il ne le voulait, le prince Harry entame sa nouvelle vie

LONDRES — Et maintenant? Les questions restent nombreuses lundi concernant la nouvelle vie du prince Harry qui, avec «grande tristesse», se retrouve bien plus en retrait de la monarchie britannique avec son épouse Meghan qu’il ne l’aurait souhaité.

Comment le couple va-t-il gagner de l’argent? Qui va payer pour sa sécurité? Quels liens va-t-il garder avec la famille royale britannique? Moins de dix jours après l’annonce-choc du Megxit, la reine Elizabeth II a annoncé samedi un accord permettant à son petit-fils de prendre du recul comme il le voulait.

Mais la rupture sera plus franche qu’espérée puisque le duc et la duchesse de Sussex, qui voulaient garder un pied dans la monarchie, ne seront plus des «membres actifs» de la famille royale. Ils ne pourront plus utiliser leur titre d’altesse royale (qu’ils conservent) ni représenter officiellement la souveraine de 93 ans.

Le prince de 35 ans, qui reste sixième dans l’ordre de succession au trône, va devoir notamment renoncer à ses fonctions militaires, auxquelles il était attaché.

S’exprimant publiquement pour la première fois sur la crise qu’il a provoquée dans la monarchie britannique, Harry a reconnu dimanche soir ressentir «une grande tristesse»: «Nous espérions continuer à servir la reine, le Commonwealth et mes associations militaires, mais sans financement public. Malheureusement, cela n’a pas été possible», a-t-il expliqué lors d’un dîner de charité à Londres.

Le prince Harry est apparu lundi à un sommet consacré aux investissements britanniques en Afrique à Londres, où il s’est notamment entretenu seul à seul avec le premier ministre Boris Johnson. Il devrait rejoindre prochainement son épouse Meghan et son fils Archie au Canada, selon la presse.

Si le Daily Express met l’accent sur la peine ressentie par le deuxième fils de Lady Di, «dévasté», d’autres journaux se projettent dans la nouvelle vie du couple au Canada, qui pourrait se lancer dans la production télévisuelle, capitalisant sur son statut de célébrités et sur la carrière d’actrice de Meghan Markle. «Duc et duchesse de Netflix?», s’interroge le Daily Mail.

Le Guardian souligne que la couronne perd ses membres qui ont le plus de succès auprès des jeunes, quand le Daily Telegraph met en exergue le fait que ce mouvement inédit permet à la monarchie de «définir ses frontières».

«Force puissante»

Les tabloïds, qui les accusaient en somme de vouloir le beurre et l’argent du beurre, se sont félicités que le duc et la duchesse ne puissent plus «formellement représenter la reine».

La relation houleuse du couple avec les journaux britanniques, féroces avec l’ex-actrice américaine, a pesé dans leur volonté de prendre le large.

Le couple renonce à son allocation royale et devra rembourser certaines dépenses publiques dont il a bénéficié, notamment les 2,4 millions de livres sterling (2,8 millions d’euros) employés à rénover leur résidence au Royaume-Uni.

«C’est absolument sans précédent», a estimé dans le Sun Dickie Arbiter, ancien secrétaire de presse royal, notant qu’»aucun membre de la famille royale n’a jamais remboursé de l’argent», même ceux qui avaient déjà été privés de leur statut d’altesse royale.

Noyau de membres

Le Daily Telegraph affirme que face au coût du changement radical de vie du couple, le prince Charles allait soutenir financièrement son fils pendant au moins un an.

Le père de Meghan, Thomas Markle, a quant à lui la dent dure avec sa fille et son gendre. Dans un entretien à Channel 5, il estime qu’ils «détruisent» et «abaissent» la famille royale, dont ils font un supermarché «avec une couronne dessus».

Avant le jeune prince, sa mère Lady Diana avait elle aussi perdu le statut d’altesse royale, obtenu par le mariage, après avoir divorcé de Charles en 1996. C’est en revanche la toute première fois qu’un Windsor de naissance s’en voit privé.

La décision d’Elizabeth II marque ainsi un tournant dans l’histoire d’une des plus anciennes institutions britanniques, avec un nouveau fonctionnement resserré autour de la branche aînée.

Le prince Charles, héritier du trône, avait déjà fait part de sa volonté de «ramener (la famille) à un noyau de membres haut placés qui travaillent à plein temps».

Meghan et Harry à Londre le 8 juin 2019

+

QUESTIONS SUR L’«INDÉPENDANCE FINANCIÈRE» DE HARRY ET MEGHAN

Libérés de leur rôle de «membres actifs» de la famille royale britannique, le prince Harry et sa femme Meghan vont pouvoir gagner de l’argent au nom de l’»indépendance financière» qu’ils revendiquent.

Ils emmènent un patrimoine considérable et un statut de célébrités royales leur ouvrant d’alléchantes perspectives commerciales. Et des questions continuent de se poser sur le soutien qu’ils continueront de recevoir du prince Charles et la protection policière dont ils bénéficieront.

D’où venaient jusqu’à présent leurs revenus?

Jusqu’à présent, le duc et la duchesse de Sussex tiraient 5% de leurs revenus de l’allocation royale («Sovereign Grant»), versée à la reine pour payer ses fonctions de représentation ou celles des membres de sa famille, ses employés et l’entretien du palais de Buckingham.

Le reste, plus de deux millions de livres par an (3,4 millions $CAN) selon la presse britannique, leur était versé par le père d’Harry, le prince Charles. Cette somme était issue du Duché de Cornouailles, une structure remontant au XIVe siècle revenant à l’héritier du trône qui gère 53 000 hectares de terres et des investissements financiers. Elle représentait des actifs de près d’un milliard de livres en 2018-2019 et un bénéfice de plus de 20 millions de livres.

Que perdent-ils?

Selon le palais de Buckingham, Harry et Meghan «ne vont plus recevoir de fonds publics».

Le couple avait déjà indiqué renoncer à l’allocation royale. Le flou demeure sur les sommes versées par le prince Charles, pris par surprise par l’annonce-choc de son fils.

Une solution évoquée par le Daily Telegraph: le prince Charles verserait à Harry et Meghan une aide tirée de ses «investissements privés», et non du duché de Cornouailles, pendant une période de transition d’un an, le temps que le couple s’installe dans sa nouvelle vie.

Quel patrimoine leur reste-t-il?

Meghan et Harry ne partent pas les poches vides. Selon la presse britannique, le prince de 35 ans dispose d’un patrimoine de plusieurs dizaines de millions d’euros en raison des héritages touchés à la mort de sa mère Diana et de son arrière-grand-mère.

De son côté, Meghan Markle a gagné des centaines de milliers de dollars lorsqu’elle était actrice, jouant notamment dans la série américaine Suits, et tenait son blogue The Tig.

S’ils ne peuvent plus utiliser leur titre d’altesse royale, ils restent duc et duchesse de Sussex et gardent une image qui leur ouvre de nombreuses portes.

Quels contrats peuvent-ils conclure?

En tant que célébrités glamour très connectées dans le monde people avec des liens d’Elton John à Oprah Winfrey, Harry et Meghan ne devraient pas manquer de propositions, pour représenter des marques, participer à des galas de charité, écrire des livres...

Les liens de Meghan Markle dans le milieu du cinéma font de ce secteur le débouché le plus évident.

«Qui ne serait pas intéressé?» a déclaré à l’agence PA Ted Sarandos, responsable des contenus chez Netflix.

Une vidéo diffusée par les médias britanniques ces derniers jours montre le couple proposer, lors d’une avant-première l’été dernier, les services de l’ex-actrice américaine pour doubler des films d’animation auprès des dirigeants de Disney.

Selon le Times, avant même l’annonce du Megxit, un contrat avait été signé entre le géant du cinéma et la duchesse pour des doublages, au profit d’une fondation pour les animaux.

Principale limite à cette liberté: «tout ce qu’ils feront continuera de respecter les valeurs» de la reine Elizabeth II, a souligné le palais de Buckingham Palace.

Qui va assurer leur sécurité?

Harry et Meghan disposent d’un statut de VIP internationaux leur donnant droit à une protection policière très coûteuse sur laquelle Buckingham Palace refuse de s’exprimer. La question est très délicate concernant le Canada où le couple s’installe pour l’instant.

Dans un sondage réalisée par l’institut Angus Reid, près des trois quarts des Canadiens refusent que leur pays assume les coûts de leur protection.

+

LE PRINCE HARRY PART POUR RETROUVER MEGHAN AU CANADA

Le prince Harry a quitté lundi soir le Royaume-Uni, selon plusieurs médias britanniques, pour s’envoler vers le Canada, afin de retrouver sa femme Meghan et son fils Archie, qu’il n’a pas revus depuis l’annonce de sa mise en retrait de la famille royale.

«Le duc de Sussex aurait quitté le Royaume-Uni pour le Canada lundi soir, après l’un de ses derniers engagements officiels en tant que membre de la famille royale», affirme le quotidien britannique Daily Telegraph.

«Le prince Harry embarque finalement pour Vancouver», écrit le Daily Mail.

Le prince, sixième dans l’ordre de succession au trône, a «pris un vol à 17h30 à partir de (l’aéroport) d’Heathrow», a détaillé le Sun, et «devrait retrouver (son épouse) Meghan et (son fils) Archie tôt mardi matin», eux qui se trouvent sur l’île de Vancouver.

«Son départ pour le Canada est symbolique, deux jours seulement après que le Palais de Buckingham eut annoncé qu’il rompait tout lien officiel avec les Sussex», a jugé le Telegraph.