Cent quatre-vingt-quatorze insurgés, dont 12 de leurs leaders, auraient aussi été tués. On compte parmi les morts des combattants pakistanais, tchétchènes et arabes.

Plus de 100 policiers et soldats tués en Afghanistan

KABOUL - De violents affrontements entre les talibans et les forces de l’ordre afghanes ont coûté la vie à une centaine de policiers et de soldats afghans, ainsi qu’à une vingtaine de civils, dans la ville de Ghazni, dans l’est du pays, a indiqué lundi le ministre afghan de la Défense.

Le général Tareq Shah Bahrami a dévoilé ce bilan lors d’une conférence de presse lundi, au quatrième jour des combats dans les rues de Ghazni, la capitale de la province du même nom.

Le général Bahrami a prévenu qu’il s’agit d’un bilan provisoire.

Le ministre de l’Intérieur Wais Ahmad Barmak a dit que 70 policiers ont perdu la vie.

Les talibans ont lancé une vaste offensive à Ghazni vendredi. L’attaque sur plusieurs fronts leur a permis de submerger les défenses de la ville et d’en capturer plusieurs secteurs.

Le ministre de la Défense a dit qu’un millier d’hommes ont été envoyés en renfort à Ghazni pour empêcher la ville de tomber entre les mains des talibans. Des conseillers militaires américains ont aussi été mis à contribution.

Les talibans ont détruit une tour de télécommunications près de la ville, ce qui complique l’évaluation de la situation sur le terrain.

Cent quatre-vingt-quatorze insurgés, dont 12 de leurs leaders, auraient aussi été tués. On compte parmi les morts des combattants pakistanais, tchétchènes et arabes.

Ghazni est une ville de quelque 270 000 habitants qui se trouve à environ 120 kilomètres de Kaboul. Sa chute donnerait aux talibans le contrôle d’une autoroute qui relie la capitale aux provinces du sud du pays, où leurs appuis sont nombreux.